de fr it

TobiasStimmer

Portrait de l'artiste schaffhousois. Dessin à la sanguine de Conrad Meyer, vers 1670 (Zentralbibliothek Zürich, Graphische Sammlung und Fotoarchiv).
Portrait de l'artiste schaffhousois. Dessin à la sanguine de Conrad Meyer, vers 1670 (Zentralbibliothek Zürich, Graphische Sammlung und Fotoarchiv). […]

17.4.1539 à Schaffhouse, 14.1.1584 à Strasbourg, prot., de Schaffhouse. Fils de Christopher, premier maître de l'école allemande, et d'Elisabetha Schneller. S. grandit dans l'ancien couvent des cordeliers et, dès 1543, dans l'abbaye supprimée d'Allerheiligen à Schaffhouse, où se trouvait l'école allemande. Son parcours artistique est quasi inconnu. Dès la fin des années 1550, il réalisa des cartons de vitraux et des dessins. En 1562, il acheta une maison à Schaffhouse et commença en 1564 à peindre des portraits de riches bourgeois zurichois, schaffhousois et saint-gallois. Sa première œuvre monumentale fut les fresques de la façade de la maison Zum Ritter à Schaffhouse (1568-1569, restaurée entre 1936 et 1939 par Carl Roesch). Au cours d'un voyage en Italie (vers 1569-1570), S. travailla avec l'éditeur bâlois Pietro Perna, puis partit pour Strasbourg (1570); il y exécuta la décoration du buffet de l'horloge de la cathédrale (1571-1574) et s'intéressa principalement à l'impression d'ouvrages illustrés, pour lesquels il réalisait des gravures sur bois. Poète, il écrivit en 1580 une pièce de carnaval, Comedia, qu'il illustra lui-même. On lui doit en outre des dessins à la plume, ainsi que des lavis au pinceau et à la plume. Peintre de la cour du margrave Philippe II de Bade (1576-1584), il décora en 1578 la salle des fêtes du château neuf (auj. détruit). Il acquit la bourgeoisie de Strasbourg (1582), puis séjourna encore brièvement à Schaffhouse en 1583. S. est considéré comme l'un des artistes majeurs de la Renaissance tardive allemande dont Rubens s'inspira plus tard. Après le bombardement de Schaffhouse du 1er avril 1944, qui détruisit plusieurs de ses portraits peints pour la famille Peyer, fut créée la Fondation Tobias Stimmer du musée d'Allerheiligen (1946); elle vise entre autres à promouvoir l'étude de son œuvre.

Sources et bibliographie

  • Tobias Stimmer, cat. expo. Bâle, 1984
  • P. Tanner, «Ein Selbstbildnis der Spätrenaissance: erneuter Blick auf Tobias Stimmer», in NZZ, 6/7.6.1992
  • DBAS, 1006-1007
Liens
Autres liens
SIKART
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 17.4.1539 ✝︎ 14.1.1584