de fr it

Heinrich vonBrandis

Mentionné dès 1348, 22.11.1383 à Klingnau, à Constance. Fils du baron Mangold Ier et de Margarethe von Nellenburg. Frère d'Eberhard (->), neveu de Mangold (->). Moine puis abbé d'Einsiedeln (1348-1357), B. prit part au règlement du conflit de la Marche (Marchenstreit) avec Schwytz (1350). Evêque de Constance (1357-1383). Tout son épiscopat fut marqué par des conflits avec cette ville au sujet de la souveraineté sur celle-ci et par les différends liés à la succession de son prédécesseur, Johann Windlock. L'assassinat en 1363 du prévôt de la cathédrale Felix Stucki, chargé par le pape de régler cette succession, ainsi que les guerres privées que menaient les proches de B. contre Constance, aboutirent à un conflit entre B. et la ville en 1368. B. fut destitué en 1371 jusqu'à ce qu'il reconnaisse Constance comme ville impériale en 1372. Durant le Grand Schisme d'Occident, le pape Urbain VI nomma à sa place Nikolaus von Riesenburg en 1383. B. laissa le diocèse financièrement ruiné.

Sources et bibliographie

  • HS, I/2, 316-321
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Feller-Vest, Veronika: "Brandis, Heinrich von", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 13.12.2002, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/012523/2002-12-13/, consulté le 25.11.2020.