de fr it

MaîtreEckhart

vers 1260 à Hochheim (Hesse), avant le 30.4.1328 probablement à Avignon. Entré tôt dans l'ordre des dominicains, E. a probablement encore été l'élève d'Albert le Grand. Après des études à Paris (1293-1294), il devient prieur à Erfurt, où il rédige les Discours du discernement. Maître de théologie à la Sorbonne en 1302-1303 et 1311-1313. En 1303, E. est nommé provincial de l'ordre dans la province de Saxonie, nouvellement créée. Après 1313, il travaille en région strasbourgeoise, surtout comme aumônier dans des couvents féminins. Dans ce cadre, il visite vraisemblablement aussi les couvents des dominicaines de Suisse orientale. En 1326, l'archevêque de Cologne, Heinrich von Virneburg, ouvre une procédure inquisitoriale contre E., qui en appelle au Saint-Siège. Dans la bulle condamnatoire In agro dominico de 1329, le pape recense vingt-huit articles tirés des œuvres allemandes et latines de E., dont dix-sept sont jugés hérétiques. On a conservé de ce théologien plus de quatre-vingts sermons en allemand, ainsi que des commentaires en latin des Ecritures, sur la Genèse, l'Exode, la Sagesse, l'Ecclésiaste et l'Evangile de Jean. Avec un volumineux ensemble de "questions" et plus de mille thèses (propositiones), ces commentaires bibliques devaient constituer un Opus tripartitum qui ne nous est parvenu que fragmentairement. La nouvelle interprétation du christianisme selon E. culmine avec sa leçon de la naissance humaine de Dieu, qui peut être interprétée comme une explication originale de l'Incarnation. E. a exercé une indéniable influence sur Henri Suso, Johannes Tauler et Nicolas de Cuse.

Sources et bibliographie

  • LexMA, 3, 1547-1552
  • W. Trusen, Der Prozess gegen Meister Eckhart, 1988
  • N. Largier, Bibliographie zu Meister Eckhart, 1989
  • H. Stirnimann, R. Imbach, Eckardus Theutonicus, homo doctus et sanctus, 1992
  • E. Zum Brunn, Voici Maître Eckhart, 1994 (21998)
  • K. Ruh, Initiation à Maître Eckhart, 1997 (all. 1985)
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF