de fr it

Henri d'Isny

Détail de la charte de franchises octroyée aux bourgeois du Petit-Bâle le 10 mars 1277 par "Frère Henri, évêque de Bâle par la grâce de Dieu", dont le sceau figure, dans le document original, à gauche de ceux du chapitre cathédral et de la ville de Bâle (Staatsarchiv Basel-Stadt, St. Urk. 50).
Détail de la charte de franchises octroyée aux bourgeois du Petit-Bâle le 10 mars 1277 par "Frère Henri, évêque de Bâle par la grâce de Dieu", dont le sceau figure, dans le document original, à gauche de ceux du chapitre cathédral et de la ville de Bâle (Staatsarchiv Basel-Stadt, St. Urk. 50). […]

1222 (?), 17/18.3.1288 à Haguenau (Alsace), cathédrale de Mayence. Fils d'un boulanger d'Isny im Allgäu. Etudes de théologie à Paris, doctorat. I. entre chez les franciscains pendant ses études. Il enseigne comme lecteur dans les couvents de Bâle et, dès 1273, de Mayence. Il doit sa brillante carrière à Rodolphe IV de Habsbourg qui lui confie d'importantes missions diplomatiques: en 1274, à Lyon, pour obtenir la confirmation par le pape de l'élection de Rodolphe comme roi de Germanie, et en 1275 pour préparer son couronnement impérial. Sur l'intervention du roi, et contre la volonté du chapitre cathédral, I. est consacré évêque de Bâle par le pape Grégoire X à Lausanne en 1275. De nombreuses ambassades pour le compte de son souverain le mènent à Rome, dans les archevêchés rhénans et en Angleterre. Dans son diocèse, il facilite la venue de ses frères franciscains à Colmar en 1278, veille au transfert des clarisses dans le Petit-Bâle en 1279, rétablit la régularité chez les augustins de Saint-Léonard à Bâle. Il accorde des lettres de franchises au Petit-Bâle en 1277 et négocie la paix entre Rodolphe et le comte de Savoie en 1282. En contrepartie de son dévouement, Rodolphe confirme au chapitre cathédral la possession du monastère de Sulzburg (Forêt-Noire) en 1282, lui apporte son soutien militaire pour reprendre Porrentruy et la seigneurie d'Ajoie au comte de Montbéliard (1283) et lui donne les droits de patronage d'Augst et Zeiningen (1285). En 1286, I. est nommé archevêque de Mayence, où il reçoit le sobriquet péjoratif de Knoderer, allusion à son habit de cordelier.

Sources et bibliographie

  • HS, I/1, 181-182; I/2, 987-988
  • LexMA, 4, 2080
  • A. Ritscher, «Heinrich von Isny», in Quellen, Kritik, Interpretation, éd. Th.M. Buck, 1999, 219-235
  • Gatz, Bischöfe 1198, 403-404
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF