de fr it

Remedius

27.6.805/806 ou peut-être en 820 seulement . R. était probablement issu de la noblesse franque, ce que semblent indiquer ses rapports amicaux avec Alcuin, le fameux savant anglo-saxon de la cour de Charlemagne. Vers 800, R. devint évêque de Coire où il exerçait, comme tous ses prédécesseurs, le pouvoir spirituel et temporel sur la Rhétie. Selon une lettre d'Alcuin, R. était responsable de la protection des routes de Rhétie, ainsi que des péages dans les cols et défilés; il présidait en outre le tribunal et fit rédiger les Capitula Remedii, pour répondre aux besoins de la pratique juridique et de l'enseignement du droit. Cet ouvrage et le Sacramentarium Gelasianum (dit le "Sacramentaire de Remedius"), en minuscules rhétiques, ont probablement été écrits vers 800 dans le scriptorium de l'évêché de Coire. On suppose en outre que R. est l'auteur du programme des fresques carolingiennes de l'église conventuelle de Müstair, avec des scènes de l'Ancien (vie de David surtout) et du Nouveau Testament (vie de Jésus et des apôtres).

Sources et bibliographie

  • HS, I/1, 470
  • K. Schmid, «Von Hunfrid zu Burkard», in Geschichte und Kultur Churrätiens, éd. U. Brunold, L. Deplazes, 1986, 181-209, surtout 201-204
  • R. Kaiser, Churrätien im frühen Mittelalter, 1998
Liens
Autres liens
e-LIR
Notices d'autorité
GND
VIAF