de fr it

Milliaires

Les milliaires sont des bornes en général cylindriques qui jalonnaient les principales routes romaines. La plupart portaient une inscription (le formulaire impérial) et l'indication de la distance, au Ier s. en milles (milia passuum), puis, dès le IIe s., dans les régions gauloises et germaniques, en lieues (leugae). En Suisse, les points de référence pour la mesure des distances (capita viae) étaient Forum Claudii Augusti ou Vallensium (Martigny), Colonia Equestris (Nyon), Aventicum (Avenches) et Colonia Augusta Raurica (Augst). Il ne se trouve aucun milliaire dans la partie suisse de la Rhétie ni dans l'actuel canton du Tessin, et l'on n'y connaît pas de point de référence. L'indication de la distance manque parfois, soit que, simplement peinte, le temps l'ait effacée, soit qu'on l'ait oubliée ou que l'on n'ait pas prévu de la faire figurer. A la différence des "pierres d'heures" et des mesures de distance de l'Ancien Régime ou des panneaux indicateurs modernes qui indiquent les distances en kilomètres ou en heures de marche, les milliaires étaient aussi des moyens de propagande destinés à rappeler la souveraineté de l'empereur sur les routes ou à démontrer l'allégeance des sujets. On a recensé à ce jour en Suisse septante-quatre milliaires, certains conservés matériellement, d'autres connus seulement par la tradition écrite. Sur la cinquantaine qui indique une distance, la moitié environ la donne en milles (principalement entre le Grand-Saint-Bernard et Genève), l'autre moitié en lieues (surtout de Lausanne à Pfyn). Huit sont anépigraphes. Beaucoup ont été déplacés, quelques-uns pour servir de colonne dans des églises, ce qui ne facilite pas l'identification de leur emplacement d'origine s'ils ne portent pas la mention du point de référence.

Sources et bibliographie

  • F. Mottas, «Milliaires et vestiges des voies romaines du canton de Vaud», in ArS, 3, 1980, 154-168
  • G. Walser, «Bemerkungen zu den gallisch-germanischen Meilensteinen», in Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 43, 1981, 385-402
  • CIL, 17, partie 2
  • M. Rathmann, «Meilensteine», in Der Neue Pauly, 7, 1999, 1156-1158
  • H.E. Herzig, «Römerstrassen in der Schweiz», in HA, 37, 2006, 42-114