de fr it

Dürmenach

Comm. du dép. français du Haut-Rhin, située au bord de l'Ill. Terminachum en 1187, Dirmenach par la suite. 774 hab. en 1789, 1147 en 1851, 894 en 1982, 899 en 2004. En 1790, la commune fut rattachée au canton français de Ferrette. Partie du comté de Ferrette dès le XIVe s., fief des von Flachslanden jusqu'à la Révolution française, D. fut pillée par des troupes bâloises en 1354 et 1445. Dès le milieu du XVIIIe s., sa population juive s'accrut fortement (340 en 1784, 450 en 1807, 547 en 1851). Un rabbin conduisit la communauté de 1802 à 1884. Les marchands israélites de bétail et de céréales firent de D. un centre commercial. Les chrétiens, pour la plupart agriculteurs ou artisans, éprouvaient par moments une haine féroce envers les juifs. Ils l'exprimèrent en 1848 dans le Judenrumpel, pogrom qui aboutit à la destruction de septante-cinq maisons en cinq jours et au départ de la plus grande partie de la population juive, qui trouva un asile provisoire à Bâle. En dépit de la baisse marquante de la population entre 1850 et 1945 (émigration et persécutions des juifs, qui n'étaient plus que 138 en 1905), D. resta une place de marché importante. A la fin du XXe s., quelque 70% de la population active travaillaient hors de leur commune, dont la moitié en Suisse (surtout à Bâle et dans ses environs).

Sources et bibliographie

  • Encycl. de l'Alsace, 5, 1984
  • M. Rothé, M. Warschawski, Les synagogues d'Alsace et leur hist., 1992
Liens
Notices d'autorité
GND