de fr it

WilhelmSnell

Lithographie de Friedrich Hasler pour la Galerie Nationale: les Suisses célèbres des temps modernes, publiée de 1867 à 1888 (Dictionnaire historique de la Suisse, Berne).
Lithographie de Friedrich Hasler pour la Galerie Nationale: les Suisses célèbres des temps modernes, publiée de 1867 à 1888 (Dictionnaire historique de la Suisse, Berne).

8.4.1789 à Idstein (Hesse), 8.5.1851 à Berne, prot., originaire du duché de Nassau, bourgeois d'honneur de Liestal (1833). Fils de Christian Wilhelm, recteur, et de Louise Simon. Frère de Ludwig (->). Franziska Conradi. Gymnase à Idstein, études de droit à Giessen (Hesse). Sous l'influence d'Ernst Moritz Arndt, S. fonda une association libérale allemande. Professeur à Tartu (Estonie) en 1819, il se réfugia en 1820 à Coire, puis à Bâle où il fut lecteur et professeur extraordinaire, ainsi que conseiller juridique de Bâle-Campagne lors de la division du canton. Brièvement professeur à Zurich en 1833, il fut nommé, la même année, professeur de droit romain et de droit pénal (droit criminel dès 1834) à Berne; premier recteur de l'université (1834-1835), il fut doyen de la faculté de droit (1836-1838). S. soutint une conception démocratique du droit naturel, s'appuyant sur Rousseau et Kant. Avec son frère, il fut l'un des critiques les plus sévères du gouvernement libéral bernois; l'ensemble de la classe dirigeante radicale de 1846 passa par sa "jeune école de droit", ce qui lui permit d'exercer une influence décisive sur tout le mouvement et lui valut d'être considéré, avec son frère, comme le chef de l'Association nationale suisse. Parmi les principaux instigateurs des expéditions des Corps francs en 1845, il fut licencié et expulsé pour motifs moraux et politiques. Député au Grand Conseil de Bâle-Campagne, S. donna des cours à Liestal (1845-1848). Rappelé à l'université de Berne par les radicaux, où il enseigna le droit naturel et le droit civil français et bernois dès 1849, S. devint l'idole de ses étudiants grâce à ses talents d'orateur. En 1851, le Conseil d'Etat bernois conservateur le mit à la retraite. Docteur honoris causa de l'université de Giessen (1819).

Sources et bibliographie

  • Naturrecht nach den Vorlesungen, 1857
  • Wilhelm Snell's Leben und Wirken, 1851
  • F. Elsener, Die Schweizer Rechtsschulen vom 16. bis ins 19. Jahrhundert, 1975
  • Die Dozenten der bernischen Hochschule, 1984, 58
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 8.4.1789 ✝︎ 8.5.1851

Suggestion de citation

Zürcher, Christoph: "Snell, Wilhelm", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 19.12.2012, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/013292/2012-12-19/, consulté le 04.12.2020.