de fr it

MartinKothing

13.5.1815 à Schwytz, 22.3.1875 à Schwytz, cath., de Schwytz. Fils de Martin, agriculteur, et de Josepha Betschart. 1) Katharina Märchy, 2) Caroline Schnüriger. Ecole latine à Schwytz, gymnase à Lucerne, droit à Zurich et à Heidelberg (1835-1838). En 1843, après plusieurs années d'enseignement à Lucens et à La Chaux-de-Fonds, K. revint à Schwytz où il travailla comme avocat et comme précepteur des fils de son protecteur, Nazar von Reding. Il publia en 1850 son premier ouvrage d'histoire du droit, une édition du coutumier de Schwytz. Après la guerre du Sonderbund, en 1848, K. fut nommé archiviste et secrétaire du gouvernement et se chargea de la réorganisation des archives cantonales de Schwytz. Il fit paraître en 1853, comme suite à l'édition du coutumier, les sources du droit des districts du canton de Schwytz. Parallèlement à son activité de juriste dans l'administration et de rédacteur législatif, qui concernait à la fois le domaine judiciaire, les affaires du gouvernement et les archives, il mena des recherches juridiques et historiques, participant ainsi dès 1863 à la rédaction du volume 6 des recès de la Diète (années 1681 à 1712). Son adhésion au projet de révision de la Constitution dans un sens libéral et sa critique de la majorité au pouvoir compromirent sa carrière et lui occasionnèrent des déceptions jusqu'à la fin des années 1860. Son expertise dans le conflit juridique à propos des biens communs entre le canton et la corporation réunie d'Oberallmeind et d'Unterallmeind, qui prétendait à la succession légitime de l'ancien canton de Schwytz, fit sensation. Quoique insatisfait de son travail et hésitant quant à ses intentions professionnelles, K. demeura à Schwytz. La reconnaissance lui vint d'abord de l'extérieur: il fut membre correspondant de la Société d'histoire de Bâle, membre d'honneur de plusieurs sociétés d'histoire, président de la Société d'histoire des V cantons, docteur en l'un et l'autre droit honoris causa de l'université de Zurich en 1866, président de la Société suisse des juristes et juge suppléant au Tribunal fédéral. Ce n'est qu'en 1869 que son canton le nomma second greffier cantonal, puis l'année suivante directeur de la chancellerie. K. tenta vainement de se faire élire comme juge fédéral. Il est reconnu comme le plus important juriste et historien du droit du canton de Schwytz au XIXe s.

Sources et bibliographie

  • F. Feldmann, «Martin Kothing (1815-1875)», in MHVS, 76, 1984, IX-XXXVI, 1-117 (avec liste des œuvres)
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF