de fr it

Révolution agricole

On entend par révolution agricole les changements structurels intervenus dans l'agriculture, dès 1700 environ en Angleterre, entre 1750 et 1850 environ sur le Plateau suisse - comme ailleurs en Europe continentale -, et qui comprennent l'abolition de l'assolement triennal géré collectivement, l'extension de l'assolement continu, l'intégration renforcée de l'élevage et des cultures, ainsi que l'introduction de la pomme de terre et du trèfle fourrager dans la rotation des cultures. Des surfaces plus vastes reçurent une fumure rendue plus abondante grâce à la stabulation du bétail en été et au nouveau système des fosses à purin (Engrais). Les jachères et les biens communaux furent ainsi peu à peu mis en culture intensive et l'on assista à une augmentation générale des rendements. La production végétale en hausse ne couvrait pas seulement les besoins d'une population toujours plus nombreuse et de moins en moins agricole, mais aussi ceux d'un cheptel croissant (qui, à son tour, produisait davantage d'engrais). Des fromageries de plaine, création du XIXe s., transformaient les surplus de lait, donnant comme sous-produit du petit-lait dont on nourrissait, mélangé à des pommes de terre, les porcs.

La révolution agricole fut l'une des conditions de la révolution industrielle; pour toutes les deux, les historiens parlent de plusieurs phases de mutations. Ainsi, les phénomènes décrits plus haut constituent une première révolution agricole. Une deuxième, marquée surtout par la mécanisation et les engrais artificiels, suit dans le dernier tiers du XIXe s. La troisième débute au milieu du XXe s., caractérisée par les pesticides chimiques (herbicides, fongicides, insecticides), la génétique (Sélection animale, Sélection végétale) et une mécanisation plus poussée. L'énorme augmentation des rendements à l'hectare entre 1950 et 1985, supérieure à celle des 150 années précédentes, et mieux encore la multiplication de la productivité du travail depuis l'après-guerre justifient par leur ampleur et leur rapidité le terme de révolution pour une mutation plus profonde que toutes celles qu'avait connues l'agriculture suisse.

Sources et bibliographie

  • M. Lemmenmeier, Luzerns Landwirtschaft im Umbruch, 1983
  • Ch. Pfister, Klimageschichte der Schweiz 1525-1860, 2, 31988, 105-125
  • P. Bairoch, «Les trois révolutions agricoles du monde développé», in Ann.: économies, sociétés, civilisations, 44, 1989, 317-353