de fr it

Taylorisme

Le taylorisme, du nom de l'ingénieur américain Frederick Winslow Taylor, est une méthode d'organisation scientifique du travail développée à la fin du XIXe s. Elle vise l'augmentation de la productivité d'une entreprise par l'exploitation optimale des forces. Grâce à une analyse du déroulement du travail (temps, mouvements et outils), les phases successives de la production sont décomposées, redéfinies et réassemblées, pour obtenir un rendement maximum (Rationalisation). Le taylorisme établit une séparation stricte entre la conception et l'exécution du travail; il introduit aussi des salaires différenciés, basés sur la standardisation de la tâche effectuée. Le taylorisme est le précurseur des sciences modernes du travail (Management). Après la Première Guerre mondiale, ces nouvelles méthodes de travail prirent de l'importance en Suisse. Le refus en 1924 de la lex Schulthess (passage de la semaine de 48 heures à celle de 54) donna un nouvel essor au mouvement. Le processus de rationalisation amorcé par des industriels et des chefs d'entreprise, tels Iwan Bally ou Else Züblin-Spiller, s'inspira du taylorisme mais aussi en partie des idées politiques et sociales de l'industriel de l'automobile Henry Ford et des recherches plus récentes en psychologie appliquée; il aboutit à une restructuration du travail dans l'entreprise et dans l'économie domestique, selon des critères d'efficacité rigoureux. L'ouverture en 1929 de l'institut de gestion d'entreprise de l'EPF de Zurich marqua une étape importante. Cet institut s'affirmera en tant que centre de recherche et d'enseignement en sciences du travail. Une certaine taylorisation du travail à la tâche, introduite dans le cadre de restructurations d'entreprises, déclencha dans les années 1930 plusieurs grèves défensives dans l'industrie des machines, des métaux et textile. L'introduction de mesures rigoureuses de rationalisation, inspirées du taylorisme, ne fut possible en Suisse qu'avec la paix du travail d'après-guerre.

Sources et bibliographie

  • R. Jaun, Management und Arbeiterschaft, 1986
  • M. Leimgruber, Taylorisme et management en Suisse romande: (1917-1950), 2001

Suggestion de citation

Fasel, Andreas: "Taylorisme", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 14.08.2012, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/013883/2012-08-14/, consulté le 22.09.2020.