de fr it

Industrie de la chaussure

Affiche publicitaire pour les chaussures Bata réalisée en 1957 par le graphiste Peter Birkhäuser (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).
Affiche publicitaire pour les chaussures Bata réalisée en 1957 par le graphiste Peter Birkhäuser (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).

Les cordonniers constituaient un artisanat traditionnel d'importance. Au début des Temps modernes et jusque vers 1900, ils jouèrent assez souvent un rôle de premier plan dans des soulèvements et des mouvements révolutionnaires. Jusqu'au milieu du XIXe s., la fabrication de chaussures en Suisse était un artisanat organisé corporativement (Corporations). La production indigène couvrait la majeure partie de la demande, complétée par les ventes des commerçants ambulants allemands et français. La première fabrique suisse de chaussures, l'actuelle Elgg SA, fut créée à Winterthour en 1847. Quatre ans plus tard, Carl Franz Bally commença d'en produire à Schönenwerd. La fabrication industrielle ne se distinguait pas tant de la production manuelle par l'emploi de machines que par la division du travail. Dans les années 1860 et 1870, plusieurs fabriques de chaussures furent fondées près de Schönenwerd, souvent par d'anciens ouvriers de l'entreprise Bally. D'autres s'établirent dans le nord-est de la Suisse et dans le canton de Zurich.

L'industrie suisse commença à exporter ses chaussures vers 1860. Elle importa en revanche le savoir-faire ainsi que des machines, essentiellement de Grande-Bretagne et des Etats-Unis, où la fabrication industrielle était plus poussée et techniquement plus avancée, surtout pour le montage et la couture. A la fin du XIXe s., de grandes entreprises se formèrent. La branche enregistra une croissance typique de l'époque, dont le taux diminua au début du siècle suivant. En 1888, 33 fabriques de chaussures occupaient 3755 personnes. On en comptait 83, avec 8463 employés, en 1911.

En dépit d'une pénurie de matières premières, la branche se développa durant la Première Guerre mondiale. La concurrence étrangère ayant disparu et la demande intérieure et extérieure de chaussures militaires étant forte, les ventes atteignirent un record. En 1921, une crise entraîna un recul drastique de la production et des licenciements massifs. La situation empira à la fin des années 1920, lorsque le fabricant tchèque Bata commença à produire des chaussures à bas prix à Möhlin en Argovie. En 1934, la branche bénéficia de mesures protectionnistes. Le Conseil fédéral interdit l'ouverture et l'agrandissement d'usines, ce qui empêcha l'augmentation de la production. La fabrication de chaussures recula sensiblement durant la Deuxième Guerre mondiale. Elle reprit au milieu des années 1940 et progressa constamment jusque dans les années 1960, profitant notamment de l'emploi d'une main-d'œuvre étrangère meilleur marché. Dans cette branche, le coefficient de travail est élevé et les salaires comptent pour beaucoup dans les frais de production. La part de la main-d'œuvre étrangère s'élevait à 8% en 1952. Elle monta à 47% en 1962.

Les importations en provenance de pays à bas salaires comprimèrent fortement les prix dans les années 1970, ce qui entraîna la disparition de plus de la moitié des fabricants suisses de chaussures. La production indigène annuelle s'élevait encore à 10 millions de paires de chaussures en 1937. Descendue à 8 millions en 1986, elle n'était plus que de 3,79 millions en 1994 et environ 1,79 millions en 2005. Les effectifs de personnel diminuèrent de quatre cinquièmes de 1963 à 1994, pour tomber à 2319 employés, puis à 951 en 2000 et à 670 en 2005. La même année, les chaussures suisses étaient surtout produites au Tessin, où l'industrie profitait des bas salaires des frontaliers, qui représentaient un tiers des effectifs.

Sources et bibliographie

  • E. Bally et al., Die Schuhmacherei der Schweiz, 1884
  • W.A. Grimm, Strukturelle Veränderungen in der schweizerischen Schuhwirtschaft 1919-1939, 1941
  • Verband schweizerischer Schuhindustrieller, Jahresbericht, 1946-
  • O.A. Ziegler, 75 Jahre Verband schweizerischer Industrieller, 1963
  • Gruner, Arbeiterschaft, 1
  • K. Baumann, Die Bally Schuhfabriken 1870-1910 in Schönenwerd, mém. lic. Zurich, 1992

Suggestion de citation

Baumann Püntener, Karin: "Industrie de la chaussure", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 06.03.2013, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/013973/2013-03-06/, consulté le 19.01.2021.