de fr it

NiklausAmlehn

Mentionné pour la dernière fois en 1577 à Lucerne, avant 1581 à Lucerne. Fils de Stefan, membre du Petit Conseil de Lucerne. Beau-frère du chevalier Melchior Lussi. 1) avant 1551 Dorothea Hug, 2) avant 1559 Elisabeth Zukäs. Membre du Grand Conseil de 1538 à 1552, du Petit Conseil de 1552 à 1573, avoyer pour les années paires de 1560 à 1566. Bailli de Büron-Triengen (1545-1547), de Weggis (1551-1553), de l'Entlebuch (1557-1559). Avoué des couvents d'Engelberg de 1554 à 1558 et de Saint-Urbain en 1564, administrateur du couvent de Neuenkirch. Délégué à plusieurs reprises à la Diète. Niklaus Amlehn recevait des pensions de Savoie, de Venise, de Rome et de France. Il fut boucher, épicier, salpêtrier, marchand d'armures. Membre de la corporation du Safran. Il possédait plusieurs maisons et vergers en ville, au moins deux domaines et environ 6000 florins de rente. Avec Jost Pfyffer, il fut le personnage central de l'affaire Pfyffer-Amlehn: en 1559, ils conclurent une alliance secrète, et illégale, portant entre autres sur la répartition des charges et des pensions. Pfyffer fut banni après les aveux spontanés d'Amlehn en 1569. A la suite de la réhabilitation de Jost Pfyffer en 1573, Niklaus Amlehn fut démis de ses fonctions au Petit Conseil. Il fut grâcié en 1575 après un exil à Stans.

Sources et bibliographie

  • K. Messmer, P. Hoppe, Luzerner Patriziat, 1976

Suggestion de citation

Egloff, Gregor: "Amlehn, Niklaus", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 17.02.2020, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/014081/2020-02-17/, consulté le 27.09.2020.