de fr it

HeinrichHasfurter

vers 1424 à Lucerne, peu avant 16.2.1483, de Lucerne. Fils de Heinrich, de Bamberg, membre du Grand Conseil et changeur municipal de Lucerne, dont il avait été reçu bourgeois en 1418, et de Margaretha, veuve de Heinrich von Isnaringen. 1) avant 1443 NN, Italienne aisée, 2) 1454 Verena von Moos, veuve fortunée de Petermann von Manzet ou Mantz. Membre du Grand Conseil de Lucerne (1441-1447), du Petit Conseil (1447-1483), maisonneur (1455-1456), avoyer (1460, 1462, 1473, 1477 et 1479) et délégué à la Diète à maintes reprises (1455-1482), juge et percepteur de l'Ohmgeld. H. fut aussi bailli de Kriens et de Horw (1447-1449), du Michelsamt (1453-1455, avec le bailliage du lac de Sempach) et de l'Entlebuch (1459-1460). Cellérier du chapitre de Saint-Léger à Lucerne (à partir de 1454). Il prit part au règlement de conflits entre l'abbé de Saint-Gall, les bourgeois de cette ville et les Appenzellois (1458-1464), ainsi qu'aux négociations pour la Paix perpétuelle entre l'Autriche et la Confédération (1474). Mais, représentant intransigeant du parti des villes et donc farouchement opposé aux cantons campagnards, il n'intervint pas dans la conclusion du convenant de Stans de 1481. H. participa à l'ancienne guerre de Zurich, à l'expédition du Hegau (1455), à la guerre des Plapparts (1458), à la campagne de Thurgovie (1460), au siège de Schaffhouse (à partir de 1467), à la guerre de Waldshut (1468) ainsi qu'à celles de Bourgogne. Il fut adoubé par le duc René II de Lorraine en 1477. Touchant des pensions de Milan (dès 1472), de la France et probablement de la Savoie (dès 1475), ainsi que de la Hongrie et de l'Autriche (dès 1477), H. fut de loin le Lucernois le plus riche de son temps: il posséda des biens dans le Fricktal, le Hasli, l'Argovie et le duché de Milan, acheta selon toute probabilité le château de Baldegg (1458), acquit la seigneurie de Wildenstein (AG) et la majeure partie de celle de Villnachern (1465), puis celles d'Urgiz (1474) et d'Aarbourg (1482), et enfin la seigneurie de Heidegg (avec droits sur le lac, 1483). En 1470, il vendit le bailliage d'Ebikon. H. dut sa richesse non seulement à son influence politique, mais aussi à des affaires immobilières et des opérations de crédit, ainsi qu'à la prise en charge d'affaires judiciaires. Il fut l'un des politiciens les plus remarquables et les plus incontestés de la Confédération au XVe s.

Sources et bibliographie

  • J. Kurmann, Die politische Führungsschicht in Luzern 1450-1500, 1976