de fr it

Joseph Rudolf ValentinMeyer

Portrait par Ildefons Troxler dans la "galerie des Lucernois illustres", vers 1780 (Zentral- und Hochschulbibliothek Luzern, Sondersammlung, Eigentum Korporation Luzern).
Portrait par Ildefons Troxler dans la "galerie des Lucernois illustres", vers 1780 (Zentral- und Hochschulbibliothek Luzern, Sondersammlung, Eigentum Korporation Luzern).

25.7.1725 à Lucerne, 5.12.1808 au couvent de Rheinau, cath., de Lucerne. Fils de Joseph Leodegar Valentin Meyer, membre du Petit Conseil, et de Barbara Benigna Keller. Frère de Bernhard (->) et de Gerold (->). Petit-fils d'Anton Leodegar Keller. 1754 Emerentia Thüring, issue d'une famille aisée de la bourgeoisie. Surnommé le divin, M., qui n'utilisa jamais le complément "von Schauensee", fut appelé ainsi, à tort, par l'historiographie. Il étudia au collège des jésuites de Lucerne (1736-1741). Lieutenant en 1742, puis capitaine en 1748 au service de Piémont-Sardaigne, il revint dans sa ville natale en 1749 et fut nommé au Grand Conseil de Lucerne en 1750. Huissier du tribunal (1752-1759), secrétaire baillival (1759-1760) et secrétaire du Conseil (1760-1763). Membre du Petit Conseil en 1763, M. fut bailli de l'Entlebuch (1765-1767) et détint la charge lucrative de directeur des sels (1767-1769). Ami de Joseph Anton Felix von Balthasar, M. se distingua par ses réformes de l'administration et des finances cantonales: il mit notamment sur pied la commission de l'économie en 1762. Il joua un rôle important (également pour des motifs personnels) dans les enquêtes ouvertes contre le trésorier lucernois Jost Niklaus Joachim Schumacher, banni à la suite de malversations en 1762, et contre son fils Lorenz Plazid Schumacher, exécuté pour haute trahison en 1764. Ces affaires, ses idées libérales (il présida la Société helvétique en 1765 et 1789) et ses opinions sur les relations entre l'Eglise et l'Etat lui valurent une certaine inimitié. La publication en 1769 d'un traité dans lequel il proposait la suppression des couvents ou la réduction de leur nombre fut le motif pour lequel il fut banni pour quinze ans en 1770. Cependant, il conserva son siège au Grand Conseil, mais se retira dans son domaine d'Oberstad près d'Öhningen au bord du lac de Constance. M. revint à Lucerne en 1785 et reprit ses activités politiques: responsable de l'assistance (1785-1791), administrateur de la seigneurie de Heidegg (1789-1798), bailli de Ruswil (1793-1795) et de Rothenburg (1797-1798).

Sources et bibliographie

  • H. Wicki, «Luzerner Patriziat in der Krise», in Gfr., 145, 1992, 97-114
  • V. Baumer-Müller, «Joseph Rudolph Valentin Meyer (1725-1808)», in JHGL, 24, 2006, 9-48
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Variante(s)
Valentin Meyer
Joseph Rudolf Valentin Meyer von Schauensee
Dates biographiques ∗︎ 25.7.1725 ✝︎ 5.12.1808