de fr it

Walter RudolfHess

17.3.1881 à Frauenfeld, 12.8.1973 à Ascona, sans confession, de Zoug et Zurich, bourgeois d'honneur d'Ascona. Fils de Clemens Hess, maître de physique et météorologue, et de Gertrud née Fischer. 1908 Louise Sandmeier, secrétaire médicale. Walter Rudolf Hess étudia la médecine et obtint son doctorat à Zurich (1906). Il se spécialisa en ophtalmologie chez Otto Haab et exerça trois ans dans un cabinet à Rapperswil (SG), avant de se tourner vers la recherche physiologique. En 1912, il devint l'assistant de Justus Gaule, à l'institut de recherches physiologiques de l'Université de Zurich. Il effectua des séjours d'études en Allemagne et, après la guerre, en Angleterre. Privat-docent dès 1913, il fut nommé professeur de physiologie par le Conseil d'Etat de Zurich, en 1917, pour succéder à Gaule. Hess prit sa retraite en 1951.

Portrait du Prix Nobel Walter Rudolf Hess. Ciné-Journal suisse, édition n° 405 du 4 novembre 1949, sous-titrage postérieur (Archives fédérales suisses, J2.143#1996/386#405-1#2*) © Cinémathèque suisse, Lausanne et Archives fédérales suisses, Berne.
Portrait du Prix Nobel Walter Rudolf Hess. Ciné-Journal suisse, édition n° 405 du 4 novembre 1949, sous-titrage postérieur (Archives fédérales suisses, J2.143#1996/386#405-1#2*) © Cinémathèque suisse, Lausanne et Archives fédérales suisses, Berne. […]

Ses travaux se concentrèrent d'abord sur la régulation de la circulation du sang et de la respiration par le système neurovégétatif. Ils furent récompensés par le prix Marcel Benoist en 1931. Hess considérait que l'organisme était un tout indivisible, dont les fonctions isolées telle, par exemple, la circulation du sang, n'étaient pas indépendantes mais appartenaient à un système de régulation qui les commandait au bénéfice de l'ensemble. Cette régulation supérieure se situait dans le tronc cérébral. Pour l'étudier, il développa en 1932 une méthode originale: la stimulation ponctuelle ou la mise hors circuit de petits groupes de cellules au moyen d'électrodes extrêmement fines. Dans le diencéphale du chat, il repéra et releva les centres qui regroupent, par les voies neurovégétatives, les fonctions de chaque organe et déterminent le comportement de l'organisme tout entier. Il découvrit deux attitudes opposées: celle ergotrope, qui permet à l'animal ou à l'homme d'être actif dans son environnement, et celle trophotrope, grâce à laquelle l'organisme se repose, se nourrit et reprend des forces. Hess reçut en 1949 le prix Nobel de physiologie ou médecine «pour avoir découvert l'organisation fonctionnelle du diencéphale lui permettant de coordonner les activités des organes internes». Il fut nommé docteur honoris causa des Universités de Berne (1934) et Genève (1944). 

Sources et bibliographie

  • Hess, Walter R.: Die funktionelle Organisation des vegetativen Nervensystems, 1948.
  • Nobel Lectures Physiology or Medicine. Including Presentation Speeches and Laureats' Biographies 1901-1970, vol. 1, 1964, pp. 244-258.
  • Waser, Peter G.: «Walter Rudolf Hess», in: Gesnerus. Revue trimestrielle d'histoire de la médecine et des sciences naturelles, 39, 1982/2, pp. 279-286.
  • Stuber, Martin; Kraut, Sabine; Boschung, Urs: Le prix Marcel Benoist de 1920 à 1995. L’histoire du prix scientifique de la Confédération suisse, 1995.
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 17.3.1881 ✝︎ 12.8.1973

Suggestion de citation

M.F. Koelbing, Huldrych: "Hess, Walter Rudolf", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 19.01.2021, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/014404/2021-01-19/, consulté le 19.10.2021.