de fr it

LinaStern

26.8.1878 à Liepaja (Russie, aujourd'hui Lettonie), 7.3.1968 à Moscou, israélite, Russe. Fille de Salomon. Célibataire. Etudes de médecine à Genève, doctorat (1903). Assistante au laboratoire de physiologie de l'université de Genève dirigé par Jean-Louis Prevost (1905), Lina Stern est privat-docent dès 1906, publiant d'importants travaux sur le métabolisme oxydatif (avec Federico Battelli, 1912) et sur la barrière hémato-encéphalique (1921). Première femme nommée professeur extraordinaire à l'université de Genève (1918), elle y est chargée de l'enseignement de la chimie physiologique. En 1925, elle quitte la Suisse pour occuper une chaire de physiologie à Moscou et y diriger un institut de recherches physiologiques créé à son intention par les autorités soviétiques. Arrêtée et emprisonnée en 1949 dans l'affaire du procès secret contre des dirigeants du Comité antifasciste juif, Lina Stern est la seule à échapper à la peine de mort (1952). En 2018, l'Académie suisse des sciences médicales a créé le prix Stern-Gattiker qui récompense une femme médecin travaillant dans le domaine académique.

Sources et bibliographie

  • Académie des sciences, Moscou
  • Fonds Maurice Battelli, Bibliothèque de Genève
  • Pionnières et créatrices en Suisse romande, 2004, 370-374
  • J.J. Dreifuss, N. Tikhonov, «Lina Stern (1878-1968)», in Bulletin des médecins suisses, 86, 2005, 1594-1597
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 26.8.1878 ✝︎ 7.3.1968

Suggestion de citation

Jacques Dreifuss, Jean: "Stern, Lina", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 24.10.2019. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/014661/2019-10-24/, consulté le 25.10.2020.