de fr it

JohannesFriker

24.2.1387 (éventuellement en 1388) à Lucerne, de Brugg. Maître ès arts et clerc, peut-être notaire impérial et pontifical. Secrétaire de la ville de Lucerne de 1360 à 1378, puis prébendier du bénéfice laïque (et probablement conseiller juridique) du couvent lucernois de Saint-Léger (Hof). F. encouragea la diffusion de la théologie scolastique tardive (surtout de l'éthique pratique et de la morale) dans l'instruction et la pratique pastorale des Lucernois (il rédigea deux copies du Livre des vertus). Il copia des considérations spirituelles en langue allemande pour les laïcs et pour les communautés conventuelles d'Engelberg. Aux nonnes d'Engelberg, il offrit un exemplaire du Livre de la Sagesse éternelle de Henri Suso, un proche de la dominicaine Elsbeth Stagel. En 1380, il prépara pour elles un recueil de textes brefs et de considérations plus étendues, en partie traduites directement des sources latines. L'écriture de F. reprend la forme des lettres que l'on trouve dans d'anciens manuscrits de la bibliothèque d'Engelberg, où il s'occupa aussi de compléter ou d'ajouter des textes (notamment dans la collection dite de l'Engelberger Prediger, le prêcheur d'Engelberg). A la fin du XIVe s., F. contribua à transformer Engelberg en centre de piété mystique et de diffusion de la spiritualité allemande, moins en tant qu'auteur ou traducteur de littérature religieuse, qu'en tant qu'intermédiaire et copiste de talent.

Sources et bibliographie

  • M. Stauffacher, «Johannes Friker in Luzern und Engelberg», in JHGL, 12, 1994, 13-34
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ✝︎ 24.2.1387 (éventuellement en 1388)