de fr it

FrançoisArsent

vers 1457, 18.3.1511, bourgeois de Fribourg. Fils de Jacob. 2) Margareta von Diesbach, fille de Wilhelm von Diesbach. Banneret du quartier du Bourg de 1491 à 1494, membre du Conseil dès 1494, avoyer de 1507 à 1509. En 1506, A. se rendit en pèlerinage à Jérusalem où il devint chevalier du Saint-Sépulcre. Il était dans sa ville le chef des partisans de la France, qui le pensionnait. Lorsque Georges Supersaxo fuyant le Valais fut arrêté à Fribourg le 22 septembre 1510 et qu'un procès lui fut intenté à la demande de son adversaire, Matthieu Schiner, on commit A. à sa défense. Convaincu de l'innocence de Supersaxo, A. le fit évader de l'hôtel de ville et de Fribourg, avec l'aide du curé Ludwig Löubli, dans la nuit du 11 janvier 1511. La colère populaire, excitée par le parti Schiner, se retourna alors contre A., qui chercha en vain asile dans l'église Saint-Nicolas. Malgré les interventions de plusieurs cantons, de Berne en particulier, A. fut condamné le 18 mars 1511 et décapité publiquement le même jour. Pierre Falck, banneret du Bourg, ami de Schiner, fut l'âme de ce procès politique, où il tint le rôle d'accusateur public. L'exécution d'A., qui rappelait celle de Waldmann à Zurich en 1489 (Waldmann affaire), eut des échos bien au-delà de Fribourg. A. fut victime de la lutte d'influence au sein de la Confédération entre les partisans de la France et ceux du pape à l'époque des guerres d'Italie. Ces événements ont non seulement intéressé les historiens, mais aussi inspiré un drame historique à Charles de Raemy en 1905.

Sources et bibliographie

  • «Informatio Dominorum Friburgensium», in ASG, 1, 1843, 165-170
  • F. Gurnel, «Bearbeitung der Rudella-Chronik», in Mémorial de Fribourg, 4, 1857, 53-60
  • F. Ducrest, «Une lettre de François d'Arsent, avoyer de Fribourg en 1508», in Ann. frib., 1, 1913, 245-252
  • J. Zimmermann, «Peter Falk, ein Freiburger Staatsmann und Heerführer», in FGB, 12, 1905, 21-31, 127-131
  • A. Büchi, Kardinal Matthäus Schiner, 1, 1923, 216-255
  • Feller/Bonjour, Geschichtsschreibung, 1, 291
  • H. von Gemmingen, «Ein Brücklin by unser Frowenkilchen», in FGB, 71, 1994, 155-156