de fr it

Krienbach

Torrent qui coulait du versant nord du Pilate jusqu'à la Reuss, traversait Kriens et le Petit Lucerne et charriait de nombreux sédiments. Il ne cessa de provoquer des débordements, lourds notamment en 1343, 1473, 1532, 1544, 1566, 1629, 1720, désastreux en 1738, et il en alla encore de même aux XIXe et XXe s. Lors d'orages, l'eau et le gravier du Renggbach (appelé autrefois le Haut K.), situé plus à l'ouest, s'y déversaient de surcroît, alors qu'en temps normal ils débouchaient au-dessus de Littau dans la Petite Emme, après avoir traversé le Renggloch, petite gorge qui s'obstruait facilement. A partir du XVe s., la ville de Lucerne fit contrôler le débit par le "maître du K.". Elle chargea des tailleurs de pierre d'élargir le Renggloch; en 1749 et 1766, des explosifs furent utilisés. Recouvert sur sa plus grande partie aux XIXe et XXe s. (installation d'un tramway vers 1900), le K. ne fut pas seulement une calamité pour Kriens et Lucerne. Il permit aussi à de nombreux artisans (attestés dès 1417), suivis plus tard par des usines (fabrique de machines Bell à Kriens) d'utiliser l'énergie hydraulique. La grande inondation de 1988 amena toutefois les autorités à enterrer le K. dans une galerie sous le Sonnenberg (1993).

Sources et bibliographie

  • F. Roesli, «Das Renggloch als geologisches Phänomen und als Beispiel einer frühen Wildbach Korrektion», in Eclogae Geologicae Helvetiae, 58, 1965, 109-126
  • F. Glauser, Luzern jenseits der Reuss, 2002
Indexation thématique
Environnement / Cours d'eau