de fr it

Johann Peregrin vonBeroldingen

après 1679, probablement en France, cath., d'Uri. Fils de Johann Caspar, capitaine du pays. 1648 Magdalena Moor, fille de Sebastian. Propriétaire d'une compagnie au service d'Espagne, B. rompit avec la tradition familiale en ralliant le parti français. Bailli de la Riviera (1660-1661), commissaire à Bellinzone (1662), vice-landamman (1667-1673), landamman d'Uri (1673-1675), bailli de Thurgovie (1676-1677). Il assassina en 1679 sa servante et maîtresse Anna Maria Kober, puis se réfugia à Engelberg, où l'abbé lui accorda l'asile. Les demandes d'extradition des autorités uranaises restèrent sans effet. Condamné à mort par contumace, le meurtrier s'enfuit à Venise, puis en France, après quoi l'on perd sa trace.

Sources et bibliographie

  • M. Helbling, «J.P. von Beroldingen», in HNU, 18, 1912, 97-105