de fr it

HeiniWolleb

vers 1445, 1499 à Frastanz (Vorarlberg), d'Urseren. Fils de Heini, amman d'Urseren et marchand de chevaux, et d'Angelina Russi. Rien ne prouve que W. soit identique à Heinrich W., cité en 1475 dans les troupes confédérées. Ayant subi des pertes de marchandises, W. mena une guerre privée contre des marchands florentins (1490-1494). Son action comme chef mercenaire au service du roi de France Charles VIII en 1494-1495 est bien documentée (défense des frontières du royaume contre l'alliance antifrançaise, près de Perpignan, par exemple). En 1497, W. prit le parti du duc de Milan Ludovic Sforza, tentant vainement, avec son frère Peter, de conquérir le château de Mesocco pour le compte du duc. Ce ralliement, ainsi que ses guerres privées, qui n'étaient pas tolérées, lui valurent la réprobation de la Diète. Grâce à la protection d'Uri, W. échappa à une inculpation en prenant la fuite au service étranger. Lors de la guerre de Souabe (1499), W. arriva le premier avec une troupe dans la région de Coire et Sargans, où, ayant franchi le Rhin, il donna aux Autrichiens une raison d'attaquer. Le 20 avril 1499, à la tête de 2000 hommes, il passa le Sarojasattel depuis Planken, couvrant le flanc droit des troupes confédérées qui, depuis Schaan, marchaient sur la fortification autrichienne de Frastanz. Cette manœuvre décida de la victoire de Frastanz. Les chroniqueurs firent de W. le héros de cette bataille, où il perdit la vie.

Sources et bibliographie

  • H.R. Kurz, Schweizerschlachten, 1962 (21977)
  • I. Müller, «Ursern im ausgehenden Spätmittelalter», in Gfr., 136, 1983, 71-157, surtout 81-90
  • A. Niederstätter, «Die Schlacht bei Frastanz 1499», in Vierteljahresschrift der Rheticus-Gesellschaft, 21, 1999, cah. 2, 93-198
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF