de fr it

JeanHory

Plan de lotissement gravé par Claude Savary et Barthélemy Gaultier pour l'édition française du prospectus de promotion de la ville neuve d'Henripolis, Lyon 1626 (Zentralbibliothek Zürich, Abteilung Karten und Panoramen).
Plan de lotissement gravé par Claude Savary et Barthélemy Gaultier pour l'édition française du prospectus de promotion de la ville neuve d'Henripolis, Lyon 1626 (Zentralbibliothek Zürich, Abteilung Karten und Panoramen). […]

1573 à Neuchâtel (?), août 1656 à Combe-Varin (vallée des Ponts), prot., de Neuchâtel. Fils de Daniel (->). Neveu de Blaise (->). Seigneur de Miécourt (1611), seigneur et baron de Lignières (1624). Madeleine Fornachon, fille de Jean, notaire. Etudes à Bâle (1592-1593), puis à l'académie de Lausanne. Dit le chancelier H., il assista dès 1595 aux séances du Conseil d'Etat de Neuchâtel, dont il devint le secrétaire en 1601 sous la surveillance de son père, qui avait obtenu qu'il reprenne sa charge. Receveur des Quatre-Mairies et conseiller d'Etat en 1611. H. proposa, sans succès, de modifier le système de la recette de l'Etat en créant une compagnie qui prendrait ses revenus en ferme générale. Les faiblesses de l'économie agricole lui inspirèrent l'idée de créer une ville afin d'attirer l'industrie dans le pays. Mais le projet d'Henripolis, approuvé par Henri II d'Orléans-Longueville, avorta et valut à H. l'inimitié de ceux qui s'y opposaient. A la mort du gouverneur Jacob Vallier de Saint-Aubin (1623), H. présidait le Conseil qui s'opposa à la nomination de François d'Affry. De même, il s'était fait des ennemis en ville de Neuchâtel lors d'un conflit entre le Conseil d'Etat et les Quatre-Ministraux au sujet des bourgeois forains. En 1626, il fut destitué de toutes ses charges par suite des dettes contractées lorsqu'il était receveur. Sa vie prit alors un tour tragique. Ses biens furent confisqués peu à peu, sa servante l'accusa d'être le père de son enfant (1634) et on condamna à mort son épouse (1640) pour complicité de sorcellerie. H. quitta le pays. Il n'y reviendra qu'après douze ans d'exil suite à une grâce tardive qui lui permit de résider dans sa métairie de Combe-Varin sans franchir le seuil de sa maison.

Sources et bibliographie

  • Quellet-Soguel, Notices, AEN
  • J. Guibert, L'affaire Jean Hory, 1972
  • R. Scheurer et al., Hist. du Conseil d'Etat neuchâtelois, 1987, 38-40
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Volorio Perriard, Myriam: "Hory, Jean", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 24.08.2011. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/015642/2011-08-24/, consulté le 28.10.2020.