de fr it

Jean-Frédéric deMontmollin

8.7.1740 à Neuchâtel, 19.12.1812 à Neuchâtel, prot., de Neuchâtel et Valangin. Fils de Georges (1710-1780), conseiller d'Etat et maire de Valangin, et de Magdeleine de Pury. Frère de Georges (->), neveu d'Emer (->) et de Samuel de Marval. Marie-Anne Marguerite Deluze, fille de Jean-Jacques, indienneur. Apprentissage commercial de quatre ans à Bâle. Revenu à Neuchâtel (1760), M. fonde en 1766, avec son frère Abram, une société pour la fabrication des indiennes, avant d'établir une fabrique sur ses terres de La Borcarderie (comm. Valangin), en collaboration avec son futur beau-père. Nommé maire de Valangin en 1777 et conseiller d'Etat en 1778, en remplacement de son père, il démissionne en 1793, avant de reprendre ses fonctions en 1795. En 1802, il demande à être remplacé dans l'instruction des procédures criminelles. Il entretient dès 1781 une correspondance avec le banquier David de Pury, ami et protégé de la famille, pour lequel il distribue anonymement les sommes importantes qu'il lui envoie de Lisbonne. Il renseigne également Pury sur l'avancement de la construction de l'hôtel de ville de Neuchâtel que ce dernier finance. En 1793, la société Deluze, Montmollin et Cie est dissoute et M. se consacre désormais entièrement aux charges politiques et à la gestion de ses biens. Il est nommé président du Conseil d'Etat et juge au tribunal des Trois-Etats en 1806. Chanoine du chapitre Saints-Pierre-et-Paul à Magdebourg (1789), chambellan du roi de Prusse. Confident du gouverneur Louis-Théophile de Béville avec lequel il correspond. Membre de la Société du Jardin (1760), membre fondateur de la Société d'émulation patriotique (1791).

Sources et bibliographie

  • Quellet-Soguel, Notices, AEN
  • A. Schnegg, «Un correspondant neuchâtelois de David de Pury», in MN, 1944, 65-80
  • C. et R. de Montmollin, Contribution à l'hist. de la famille de M., 1949
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF