de fr it

Beynon

Famille de Villeret, apparue vers la fin du XIVe s., établie par la suite principalement à Saint-Imier, où elle donna quelques ecclésiastiques et militaires et quantité d'officiers civils de l'évêque de Bâle, presque sans interruption durant plus de deux siècles (maire de Saint-Imier, greffier, lieutenant de justice, notaire, receveur, châtelain d'Erguël). Les B. se succèdent aux mêmes fonctions, le plus souvent de père en fils et d'oncle à neveu. Houriet participe aux guerres de Bourgogne, puis devient le premier maire de Saint-Imier de la dynastie (1480-1493); neuf autres B. lui succéderont à cet office jusqu'en 1713. Imer (1565), chanoine de Saint-Imier, curé de Serrières (1517-1530), tente de s'opposer à la Réforme, puis se fait prédicant; la famille se convertit au protestantisme. Jacob (1655, très âgé) se distingue par une carrière exemplaire particulièrement longue: secrétaire de la seigneurie, greffier puis maire de Saint-Imier (1638-1650), enfin châtelain d'Erguël (dès 1652).

Sources et bibliographie

  • Ch. Simon, «Les baillis d'Erguel sous l'ancien régime», in Actes SJE, 1902, 31-39
  • R. Gerber, Hist. de St-Imier, 1946
  • J.-C. Rebetez, «Les droits sur la cure de Serrières au XVIe s.», in MN, 1995, 61-79