de fr it

Beuggen

Ancienne commanderie de l'ordre teutonique à Rheinfelden (D). 1218 villa Buchein, 1246 Bukein. La fondation de la commanderie remonte à une donation (1246) d'Ulrich von Liebenberg, ministérial de l'empire et châtelain de Rheinfelden. Jusqu'au XVe s., B. était le siège préféré des maîtres provinciaux du bailliage d'Alsace-Bourgogne, auquel appartenaient les commanderies sises en territoire suisse. Au XIVe s., la commanderie abrita jusqu'à quatorze chevaliers et prêtres, généralement issus de familles de ministériaux de la région, ainsi qu'un couvent de sœurs (temporairement). Les biens fonciers étaient disséminés dans plus de quarante localités des environs. Le commandeur exerçait la basse justice à B., Karsau et Riedmatt (tous à Rheinfelden), et participa à ce titre, dès le XVe s., aux états provinciaux d'Autriche antérieure. Parmi les quinze paroisses incorporées et églises dont B. avait le patronat, on comptait Lengnau (AG), Frick, Möhlin, Gelterkinden, Wintersingen et Buus. Le château conserve quelques éléments anciens, mais guère antérieurs à 1400; au milieu du XVIIIe s., Giovanni Gaspare Bagnato, architecte de l'ordre, le transforma en style baroque. En 1806, B. passa au grand-duché de Bade. En 1820, Christian Friedrich Spittler et Christian Heinrich Zeller créèrent au château de B. un asile pour enfants abandonnés qui avait également comme but de former des maîtres pour les écoles de charité. Influencé par le piétisme bâlois (Christentumsgesellschaft) et la pédagogie de Johann Heinrich Pestalozzi, cette institution marqua nombre d'élèves du nord-ouest de la Suisse, tel l'écrivain Jakob Schaffner. B. fut utilisé comme home d'enfants et école normale jusqu'en 1981 et dès 1983 comme centre protestant de rencontre et de congrès.

Sources et bibliographie

  • E. Zeugin, Beuggen und das Baselbiet, 1965
  • P. Heim, Die Deutschordenskommende Beuggen und die Anfänge der Ballei Elsass-Burgund, 1977
Liens
Notices d'autorité
GND