de fr it

Jean-PierreSchlunegger

25.9.1925 à Vevey, 24.1.1964 à Corsier-sur-Vevey (suicide), prot., de Grindelwald. Fils de Jean Gottfried, épicier et comptable, et d'Anna Margaretha Geugel. 1952 Lucienne Bornand, institutrice, fille d'Albert Adolphe. Licence ès lettres à l'université de Lausanne (1950). Professeur de français dans divers collèges, puis à l'école normale de Lausanne dès 1955, S. est l'un des fondateurs de la revue Rencontre (1950), où il publie ses chroniques de poésie, puis participe à Domaine suisse (1956). Il publie quatre recueils de poésie dont l'intensité, la dramatisation et la richesse vont croissant, selon une vision dualiste du monde. Un dialogue radiophonique, La vitre, et La chambre du musicien (1962), une ample prose nocturne, parachèvent cette œuvre. Bellettrien.

Sources et bibliographie

  • Œuvres, 1968 (préf. d'Y. Velan)
  • La revue de Belles-Lettres, 1968, no 2
  • M. Dentan, «La poésie de Schlunegger et le paradis perdu», in Lettres romandes, 1981, 83-95
  • Francillon, Littérature, 3, 86-88
  • A. Peiry, Entre la joie et l'agonie du cœur, mém. lic. Fribourg, 1999
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 25.9.1925 ✝︎ 24.1.1964
Indexation thématique
Arts et littérature / Littérature

Suggestion de citation

Jakubec, Doris: "Schlunegger, Jean-Pierre", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 11.04.2013. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/016168/2013-04-11/, consulté le 19.09.2020.