de fr it

JacquesLect

5.2.1556 à Genève, 25.8.1611 à Genève, prot., de Genève. Fils de Barthélemy, seigneur de Mategnin, et de Jeanne Mestrezat. 1) 1586 Elisabeth Munier, fille d'Antoine, 2) 1591 Esther Guillaud, fille d'Etienne, 3) 1597 Marie Baronat, fille de Jacques. Etudes de droit à Genève et Bourges. Juriste, professeur de droit à l'académie de Genève (dès 1583). Membre du Petit Conseil dès 1584, syndic (1597, 1601, 1605, 1609). Orateur civil (Orationes, 1615) et homme politique à la manière de Démosthène, L. recueillit l'héritage politique, l'auctoritas, des deux réformateurs de Genève, Calvin et Bèze. Il fut parmi les négociateurs de la paix de Saint-Julien et défendit par la plume les anciens droits de Genève à l'indépendance. Il fournit à Jacques-Auguste de Thou, par l'intermédiaire de son ami Isaac Casaubon, les éléments pour présenter la cause genevoise de façon impartiale, sinon favorable à Genève, dans l'Historiae sui temporis. Il rédigea avec Jean Sarasin Le citadin de Genève ou Response au cavalier de Savoye (1606), pamphlet de propagande antisavoyarde. L. fut également poète, romaniste et éditeur d'auteurs anciens et de théologiens réformés.

Sources et bibliographie

  • Hist. de l'université de Genève, 1, 1900, 296-310 (avec liste des œuvres)
  • M. Campagnolo, «Correspondance de Jacques Lect avec Isaac Casaubon», in Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève, 10, 1991, 309-365
  • M. Campagnolo, «Jacques Lect, juriste et magistrat, "théologien et évêque"», in Jacques Godefroy (1587-1652) et l'humanisme juridique à Genève, éd. B. Schmidlin, A. Dufour, 1991, 149-173
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF