de fr it

Forêt à ban

Bois de ban

Dès le Moyen Age, des lettres de ban furent promulguées soit pour interdire l'exploitation de forêts, parties de forêt et espèces soit pour les réserver à une personne ou un groupe. Dans de nombreuses vallées, la fonction protectrice des forêts de montagne contre les catastrophes naturelles (chutes ou Avalanches) est étroitement liée à ces interdictions ou restrictions. En outre, le contrôle de l'exploitation joua également un rôle capital pour éviter des carences locales en bois, que l'on souhaitait réserver à des usages spécifiques. Le long des torrents de montagne, les arbres empêchaient l'érosion des rives par leurs racines et fournissaient en même temps le bois nécessaire pour les consolider. Les plus anciennes lettres de bans connues proviennent de l'Ancien Pays de Schwytz et des vallées d'Uri. En 1337, on mettait en avant la réglementation de l'exploitation dans la région du lac de Lauerz, en 1339 la protection des bords de la Muota (lantweri, puis à nouveau en 1343) et l'interdiction des charbonnières dans la vallée, en 1382 la protection contre les chutes de pierre à Flüelen et, en 1397, celle contre les avalanches à Andermatt. Très répandues dès le XVe s., les forêts banales étaient surtout protectrices dans les régions alpines, alors que, sur le Plateau, elles servaient davantage à la gestion des ressources (bois, pâture, litière, branchages, résine). La première loi fédérale sur la police des forêts de 1876 supprima le terme de forêt à ban, devenu trop vague, au profit de forêt protégée.

Sources et bibliographie

  • R. Sablonier, «Innerschweizer Gesellschaft im 14. Jahrhundert», in Innerschweiz und frühe Eidgenossenschaft, 2, 1990, 167-178
  • R. Sablonier, «Naturgefahren und Waldnutzung in der mittelalterlichen Innerschweiz», in Journal forestier suisse, 146, 1995, 581-596
  • A. Schuler, «Naturgefahren und die Bedeutung der Wälder im "Haushalt der Natur"», in Journal forestier suisse, 146, 1995, 629-640
  • V. Stöckli, «La forêt de protection», in Le jour d'après, éd. Ch. Pfister, 2002, 101-112 (all. 2002)