de fr it

Notables

Les notables (all. Honoratioren), dont Max Weber a fait une catégorie dans ses analyses sociologiques sur les types de domination, sont des personnes qui, grâce à leur situation économique, sont en mesure d'accepter en tout temps des charges publiques non rémunérées. Ils jouissent en outre d'un prestige social tel que, dans un régime de démocratie directe (où, formellement, la légitimité procède immédiatement du peuple), ils obtiennent ces charges par la confiance que leur accordent, d'abord volontairement, puis par tradition, les membres de leur communauté ou leurs concitoyens.

En Suisse, les notables ont exercé le pouvoir surtout du XVe au XVIIIe s.; au cours des XVIe et XVIIe s., ils ont constitué un milieu de plus en plus fermé, une élite de plus en plus héréditaire (Oligarchisation). Aux XIXe et XXe s., le pouvoir des notables s'est perpétué en particulier dans le système de milice de l'administration. La fermeture constatée aux XVIe et XVIIe s. est moins l'effet des limitations formelles restreignant l'accès à la bourgeoisie et au gouvernement que la conséquence du fait que les charges publiques, dans des Etats modernes toujours plus efficients, exigeaient des gens de plus en plus disponibles. Elle dépend en outre de la concentration croissante des positions déterminantes (charges d'officier au service étranger, fonctions d'entrepreneur dans la protoindustrie) susceptibles de donner accès au pouvoir politique à travers le clientélisme, le patronage et les réseaux de parenté. La disponibilité économique requise par l'exercice des charges publiques et les stratégies pour accéder aux charges importantes engendrèrent chez les notables une manière d'être (habitus) spécifique.

Sources et bibliographie

  • M. Weber, Economie et société, 1971 (all. 1922)
  • H.C. Peyer, «Die Anfänge der schweizerischen Aristokratien», in Luzerner Patriziat, éd. K. Messmer, P. Hoppe, 1976, 3-28
  • U. Kälin, Die Urner Magistratenfamilien, 1991