de fr it

Action catholique

Après la Première Guerre mondiale, de nombreux catholiques se distancèrent de l'Eglise. Le clergé seul n'arrivait plus à maîtriser la situation. C'est pourquoi Pie XI créa en 1922, par l'encyclique Ubi arcano, l'Action catholique. Le pape invitait les évêques à encourager l'apostolat et, plus généralement, la collaboration active des laïques. En 1926-1927, l'épiscopat suisse amena l'Association populaire catholique suisse (APCS) à réviser ses statuts en ce sens et à se subordonner officiellement aux évêques. Lors de la 8e Journée catholique suisse en 1935, l'évêque Marius Besson qualifia l'APCS de représentant de l'Action catholique en Suisse pour les hommes et jeunes gens. Pour les femmes, la conférence épiscopale désigna comme organe officiel en 1937 la Ligue suisse de femmes catholiques. L'APCS, qui devint apolitique et perdit en importance dès les années 1950, n'obtint pas le renouveau qu'elle attendait de l'Action catholique; les partisans de cette conception poursuivirent néanmoins leurs activités au Tessin et en Suisse romande même après le concile Vatican II. Depuis 1994, la section tessinoise représente la Suisse au sein du Forum international de l'Action catholique.

Sources et bibliographie

  • Urs Altermatt, Le catholicisme au défi de la modernité, 1994 (all. 1989)
  • TRE, 18, 43-45