de fr it

Syndicats internes

Les syndicats internes sont une forme d'organisation d'employés apparue dès la Première Guerre mondiale, d'abord dans des grandes entreprises industrielles (métaux, machines, chimie, produits alimentaires), dans la banque et dans les assurances, secteurs où ils sont, au début du XXIe s. encore, les plus répandus. Leur nombre exact n'est pas connu. A la différence des autres associations d' employés, les syndicats internes ne regroupent pas une catégorie professionnelle donnée, mais toutes les personnes travaillant pour une entreprise avec le statut d'employé. Dans la grande industrie, ils sont souvent dirigés par des techniciens ou des ingénieurs. Jusqu'à ce jour, le seul regroupement durable entre plusieurs syndicats d'entreprise est celui qui a donné naissance, en 1920, à la Fédération des associations suisses d'employés des industries des machines, des équipements électriques et des métaux (VSAM, devenue Employés Suisse en 2006, après la fusion avec la Fédération des associations suisses d'employés de l'industrie chimique et pharmaceutique VSAC); une tentative d'organisation similaire dans le domaine des assurances n'a pas abouti.

Jusqu'en 1945, du fait de l'opposition vigoureuse du patronat à toute forme d'organisation collective des employés, les syndicats internes se limitèrent à des formes modestes de défense de leurs intérêts. Quelques tentatives plus poussées dans des grandes entreprises se soldèrent par un échec. L'attachement de nombreux employés à leur entreprise était difficilement conciliable avec la défense des intérêts des travailleurs en général. Il n'y a pas, en matière de politique salariale ou de conditions d'engagement, de résultats qui puissent être mis sur le compte des syndicats internes. Dans les années 1920 déjà, beaucoup de ces organisations limitaient leur activité à la pratique de formes de sociabilité et à la fourniture de produits à prix réduit, tout en fondant leurs espoirs sur un plus grand équilibre social, que promettait le mouvement de rationalisation, et sur la constitution de caisses de pension. Sous l'effet de la crise des années 1930, le souci de privilégier les intérêts des entreprises d'exportation devint prioritaire et, en cela, les syndicats internes précédèrent les associations ouvrières. Une nouvelle vague de fondations de syndicats se manifesta après 1945. Les premières conventions avec les employeurs ne furent conclues qu'après la mise en place du système de politique sociale. Depuis le début des années 1970, il n'y a plus de différences entre le fonctionnement des syndicats internes et celui des associations ouvrières. Leurs effectifs ont commencé à régresser dans les années 1980.

Sources et bibliographie

  • M. König et al., Warten und Aufrücken, 1985
  • H. Siegrist, Pioniere der Sozialpartnerschaft, 1985
Liens

Suggestion de citation

König, Mario: "Syndicats internes", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 18.02.2015, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/016540/2015-02-18/, consulté le 27.02.2021.