de fr it

Politique de lafamille

La politique de la famille englobe les mesures prises par les pouvoirs publics pour agir et influer sur la vie familiale (Famille). Elle n'a jamais été en Suisse un domaine politique autonome; comparée à d'autres pays européens, la Suisse suit une politique familiale très peu interventionniste résultant à la fois de la structure fédéraliste du pays et du principe de subsidiarité.

Des mesures isolées de politique familiale remontent à la fin du XIXe s., comme la suppression de la plupart des empêchements au mariage (1874) et la protection instituée dans la loi sur les fabriques (1877). Le Code civil suisse, entré en vigueur en 1912, consacrait un régime patriarcal. La première ligue de Pro Familia fut fondée en 1923 dans le canton de Vaud et l'initiative gagna peu à peu d'autres cantons. Ce n'est que vers 1930 qu'apparut en Suisse un véritable mouvement de protection de la famille, inspiré de l'exemple français. La crise économique incita à lier la politique familiale à la politique sociale. En 1931, un séminaire national déboucha sur la création d'une commission pour la protection de la famille, qui lança de nombreuses offensives politiques dans les années qui suivirent. Le recul des naissances stimula également la politique de la famille, avec par exemple le dépôt de postulats pour encourager les familles nombreuses et combattre l'avortement. La politique de la famille devint un instrument d'affirmation nationale.

Le résultat et le couronnement de ces efforts furent l'acceptation, en 1945, d'un article constitutionnel sur la protection de la famille (art. 34 quinquies de l'ancienne Constitution, art. 116 de la Constitution de 1999) qui prévoyait notamment une assurance maternité. La politique familiale connut un temps de latence dans l'après-guerre. Le modèle social prédominant était celui du père nourricier, seul soutien de la famille, elle-même considérée en tant que sphère privée. La concrétisation de l'article constitutionnel fut très lente: si la Confédération intervint à plusieurs reprises pour encourager la construction de logements familiaux, les allocations familiales, au niveau cantonal, ne se généralisèrent que dans les années 1960. L'initiative populaire "pour le droit au logement et le développement de la protection de la famille" fut rejetée en 1970. Après avoir échoué en 1968, la loi fédérale sur les allocations familiales est entrée en vigueur en 2009 (les allocations avaient toutefois été unifiées en 1952 pour les petits paysans et les personnes occupées dans l'agriculture, et en 1959 pour le personnel fédéral).

La politique de la famille changea d'orientation dans les années 1970. D'un côté, on insista désormais sur l'égalité entre hommes et femmes, de l'autre s'imposa une politique familiale axée toujours plus sur l'individu. C'est ainsi que la révision du droit de l'enfant (en vigueur depuis 1978) renforça les droits individuels de ceux nés hors mariage et que le nouveau droit matrimonial (1988) consacra un modèle familial fondé sur une relation entre partenaires égaux. La politique familiale vise maintenant à améliorer la position de la femme dans la société et la famille.

L'assurance maternité se heurta d'abord à l'opposition du peuple. L'initiative populaire "pour une protection efficace de la maternité", déposée en 1980, fut rejetée en 1984 par 84% des voix. La loi fédérale sur l'assurance maternité n'eut pas plus de succès en 1999 (61% de non). En 2004 enfin, le peuple approuva l'assurance maternité (56% de oui). Applicable uniquement aux femmes exerçant une activité lucrative, elle fut intégrée au système des allocations pour perte de gain, ce qui évitait la création d'une nouvelle assurance sociale. Ce n'est qu'au niveau local qu'on parvient à appliquer des horaires scolaires qui respectent mieux les besoins des familles (horaire fixe, journée continue). En Suisse alémanique surtout, l'accueil des enfants en complément du cadre familial (crèches, garderies, etc.) rencontre encore des difficultés au début du XXIe s.; la demande est bien supérieure à l'offre. La loi fédérale sur les aides financières à l'accueil extra-familial pour enfants, entrée en vigueur en 2003, est un programme d'impulsion d'une durée de huit ans visant à encourager la création de places d'accueil: à cet effet, deux crédits d'engagement de 200 millions de francs (en 2002) et de 120 millions (en 2006) ont été accordés. La révision de l'imposition de la famille a subi un revers avec le rejet du "paquet fiscal" lors de la votation du 16 mai 2004. La politique de la famille est beaucoup moins développée en Suisse que dans la plupart des autres pays européens, les dépenses sociales pour la maternité et les questions familiales y sont très inférieures à la moyenne européenne. La naissance d'enfants signifie pour beaucoup un risque accru de précarité, qui touche en majorité les familles monoparentales et les familles nombreuses.

Sources et bibliographie

  • K. Lüscher, «Familienpolitik im liberalen Kleinstaat: Das Beispiel der Schweiz», in Demographie in der Bundesrepublik Deutschland, éd. C. Höhn et al., 1988, 207-218
  • D. Huber, «Familienpolitische Kontroversen in der Schweiz zwischen 1930 und 1984», in Familles en Suisse, éd. Th. Fleiner-Gerster et al., 1991, 147-166
  • H.-J. Hoffmann-Nowotny et al., éd., Kinderzahl und Familienpolitik im Drei-Länder-Vergleich, 1992
  • P. Gilliand, F. Cuénod, Politique familiale et budget social de la Suisse, 1994
  • A. Pfenning, Th. Bahle, éd., Families and Family Policies in Europe, 2000
  • Rapport sur les familles 2004: structures nécessaires pour une politique familiale qui réponde aux besoins, 2004
  • Les familles en Suisses: rapport statistique, 2008