de fr it

ThomasMassner

Lettre de voiture de 1755 pour la maison Massner à Coire (Staatsarchiv Graubünden, Coire, Wirtschaftsarchiv Salis-Massner, A Sp III/9a).
Lettre de voiture de 1755 pour la maison Massner à Coire (Staatsarchiv Graubünden, Coire, Wirtschaftsarchiv Salis-Massner, A Sp III/9a). […]

30.9.1663 à Coire, 3.9.1712 à Feldkirch, prot., de Coire. Fils de Johannes. Ursina Stampa, fille d'un expéditeur de Chiavenna. M. est mentionné comme transporteur en 1696. Son entreprise située à Coire, la Thomas Massner & Sohn, acquit vite une position dominante. A la fois marchand et banquier, M. faisait le commerce du riz, du vin, des textiles et des métaux, pratiquait le change et le crédit. Il se mit au service des puissances étrangères, tentant de faire jouer ses relations à des fins politiques, notamment en tant qu'agent de la France, auprès de l'ambassadeur à Soleure et de l'envoyé à Coire. Après l'échec de ses plans pour la levée d'un bataillon, il passa dans le camp autrichien (1702), où il exerça jusqu'en 1704 la fonction de commissaire impérial de la contrebande (passage d'armes au profit de l'ennemi). M. sut faire profiter son entreprise de sa nouvelle position, s'occupant de commerce de chevaux, de mercenariat et sans doute également de fabrication de fausse monnaie. En 1706, il tenta de promouvoir l'idée d'une alliance des III Ligues avec Venise et, l'année suivante, pour le compte de l'ambassadeur d'Angleterre, celle d'un traité sur les cols alpins avec les puissances maritimes. Entré dans la corporation des Tailleurs en 1684, il fut élu prévôt en 1686, banneret en 1688, premier prévôt en 1699 et membre du Conseil de Coire en 1703. En 1704 il parvint, avec Otto Schwarz, à prendre à bail les douanes des III Ligues. A partir de 1707, il fonctionna comme commissaire des troupes lors du passage d'armées étrangères et, dès 1708, comme inspecteur des travaux d'amélioration du chemin du versant sud du Splügen, chantier qu'il avait lui-même proposé. Mais il ne put exercer les fonctions de podestat de Traona et de bailli de Maienfeld, qu'il avait achetées. En 1710, son fils unique fut enlevé près de Genève et emmené en France, en gage de prétentions financières, à quoi M. répondit en faisant prisonnier Philippe de Vendôme. Bientôt surnommée affaire Massner, l'histoire fit le tour de l'Europe, qui y vit un conflit entre la France et l'Autriche. En 1711, le tribunal d'Ilanz condamna M. à mort par contumace et confisqua ses biens. S'il réussit en affaires, M. échoua à réaliser ses ambitions politiques.

Sources et bibliographie

  • M. Hilfiker, Thomas Massner 1663-1712, 1978
Liens
Autres liens
e-LIR
Notices d'autorité
GND
VIAF