de fr it

Twingherrenstreit

Le Twingherrenstreit ou querelle des seigneurs justiciers (1469-1471) fut une étape décisive dans l'affirmation de l'autorité de la ville de Berne dans ses quatre juridictions (Landgerichte), où subsistaient de nombreuses seigneuries de basse justice. En décembre 1469, un nouveau règlement sur les haute et basse justices donna à la ville la compétence suprême. Il suscita la résistance de seigneurs justiciers qui avaient tenu un grand rôle dans le gouvernement de la ville (Adrien Ier de Bubenberg, Niklaus von Diesbach, Niklaus von Scharnachtal). Le lundi de Pâques suivant (avril 1470), le Grand Conseil élut avoyer le maître boucher Peter Kistler plutôt que l'un des quatre seigneurs en lice; il renouvela en outre un mandat de 1464 sur les vêtements, dirigé contre la noblesse. Les seigneurs se retirèrent sur leurs terres et menacèrent notamment de renoncer à leur qualité de bourgeois de Berne. Ayant enfreint ostensiblement la loi somptuaire le 25 novembre 1470, ils furent bannis de la ville pour un mois. A la mi-décembre 1470, les parties en conflit acceptèrent de rencontrer des arbitres confédérés à Köniz. Les nobles revinrent en ville le 6 janvier 1471 et un accord fut conclu avec eux au début de février. Le lundi de Pâques 1471, le Conseil élut avoyer le noble Petermann von Wabern; il abolit le mandat somptuaire la semaine suivante. La querelle est connue moins par les actes de la chancellerie municipale que par un récit de Thüring Fricker, secrétaire de la ville; ce texte, qui prend d'emblée le parti des seigneurs, a fortement influencé le jugement de la postérité sur l'affaire.

Sources et bibliographie

  • K. Utz Tremp, «"Die befleckte Handfeste"», in Die Schweiz im Mittelalter in Diebold Schillings Spiezer Bilderchronik, éd. H. Haeberli, Ch. von Steiger, 1991, 135-150
  • R. Schmid, Reden, rufen, Zeichen setzen, 1995
  • E.J. Beer et al., éd., Berns grosse Zeit, 1999, 232, 333-336