de fr it

AffaireJetzer

Exécution de quatre dominicains à Berne en 1509. Page de titre d'un libelle en latin de Thomas Murner publié à Strasbourg peu après 1509, avec une gravure sur bois d'Urs Graf (Bibliothèque de Genève; photographie Jean-Marc Meylan).
Exécution de quatre dominicains à Berne en 1509. Page de titre d'un libelle en latin de Thomas Murner publié à Strasbourg peu après 1509, avec une gravure sur bois d'Urs Graf (Bibliothèque de Genève; photographie Jean-Marc Meylan). […]

L'affaire Jetzer tire son nom de Hans Jetzer, né à Zurzach vers 1483. Le 24 août 1506, il fut admis comme frère convers dans le couvent bernois des dominicains, où, durant le premier semestre de 1507, il eut de fréquentes apparitions de la Vierge Marie, accompagnée de saintes et de saints (Barbara, Cécile, Catherine de Sienne, Bernard de Clairvaux). Il prétendit que la Pietà de l'église du couvent avait pleuré des larmes de sang dans la nuit du 24 au 25 juin. Une Marie couronnée serait apparue au-dessus du jubé entre le 12 et le 13 septembre. Ces phénomènes plaidaient pour les dominicains qui, contrairement aux franciscains, rejetaient la doctrine de l'Immaculée Conception. Au début d'octobre 1507, soumis à interrogatoire par l'évêque de Lausanne à qui il avait été livré, Jetzer incrimina les supérieurs du couvent, à savoir le prieur Johannes Vatter, le lecteur Stephan Boltzhurst, le sous-prieur Franz Ueltschi et l'économe Heinrich Steinegger, les accusant d'avoir eux-mêmes mis en scène ces prodiges. Jetzer fut ramené à Berne au début de janvier 1508 et ceux qu'il avait chargés furent incarcérés (début février). L'enquête de l'Inquisition et le procès en révision qui suivit aboutirent à la condamnation des supérieurs, qui furent brûlés vifs à la Schwellenmatte (sous les murs de Berne), le 31 mai 1509. Jetzer put s'échapper de prison le 25 juillet 1509. Plus tard, il se maria. Le bailli de Baden l'emprisonna en 1512, mais grâce à l'intervention de Berne, il fut relâché et mourut vraisemblablement en 1514.

Dès la fin du XIXe s., l'opinion prévalut que l'exécution des moines avait été une erreur judiciaire et que Jetzer était seul coupable. Récemment pourtant, des doutes se sont exprimés quant à cette culpabilité unilatérale, principalement parce que le niveau intellectuel relativement élevé de l'affaire laisse à penser que le lecteur Boltzhurst en fut la tête pensante. En outre, la ville de Berne désirait la condamnation des supérieurs du couvent; elle obtint cette sentence d'autant plus facilement que Mathieu Schiner, évêque de Sion et membre du tribunal extraordinaire, était en train de négocier en mai 1509 une alliance entre le pape Jules II et les Confédérés. Le souvenir de l'affaire Jetzer pourrait avoir eu une influence décisive sur l'introduction de la Réforme à Berne.

Sources et bibliographie

  • R. Steck, éd., Die Akten des Jetzerprozesses, nebst dem Defensorium, 1904
  • HS, IV/5, 297-299 (avec bibliogr.)
  • K. Utz Tremp, «Eine Werbekampagne für die Befleckte Empfängnis», in Maria in der Welt, éd. C. Opitz et al., 1993, 323-337
  • R. Günthart, éd.,Von den vier Ketzern, 2009