de fr it

Guelfes et Gibelins

Cette dénomination s'applique, dans les sources du XVe s., aux deux principales factions politiques ("partialitates ghelforum et gibilinorum", Lugano, 1440) présentes dans le territoire tessinois, en particulier dans le Sottoceneri. Au Tessin, l'appellation guelfes et gibelins ne semble pas traduire l'opposition traditionnelle entre partisans du pape (guelfes) et de l'empereur (gibelins) en Italie, mais paraît plutôt liée au soutien donné à deux familles de Côme, les Rusconi et les Vittani, la première ayant joué un rôle important dans l'histoire des terres du sud des Alpes. Les origines, le recrutement, la structure sociale, les ambitions politiques des deux groupes ne sont pas encore clarifiés: il semble cependant que les préférences des gibelins allaient aux ducs de Milan, alors que les guelfes ne cachaient pas leur sympathie pour Venise, antagoniste traditionnelle de Milan. A l'instar des Rusconi de Côme, les différentes branches de la famille établies dans la région de Lugano étaient gibelines. Cette maison groupait autour d'elle un nombre considérable de représentants de familles importantes de Lugano, de la Capriasca, des paroisses avoisinantes et du Mendrisiotto. Parmi les guelfes militaient les partisans des Sanseverino, seigneurs de Lugano depuis 1438. Si les gibelins étaient majoritaires dans la ville, les guelfes dominaient dans certains petits centres tels que Sonvico, Morcote et Capolago. Sous le gouvernement d'Aloisio Sanseverino (1438-1447) les deux partis firent la paix que ses successeurs ne réussirent pas à maintenir. Avec l'appui des guelfes, les Sanseverino attaquèrent les familles gibelines de Lugano, ce qui déclencha un conflit sanglant qui secoua pendant des années le bourg et les territoires avoisinants. La mise à l'écart des Sanseverino, en 1467 puis en 1475, atténua le conflit qui reprit toutefois avec encore plus de violence au cours des deux dernières décennies du XVe s.

Sources et bibliographie

  • E. Motta, «Guelfi e ghibellini nel Luganese», in Periodico della Società storica comense, 4, 1885, 71-198
  • G. Martinola, éd., La cronaca luganese di Nicolò Maria Laghi, 1982
  • G. Chiesi, éd., Il Medioevo nelle carte, 1991, 213-215
  • Ticino ducale, I/1; II/1