de fr it

Karl StephanGlutz-Ruchti

5.1.1731 à Soleure, 23.6.1795 à Soleure, cath., de Soleure. Fils de Franz Stephan et de Maria Jacobea Wagner. 1760 Maria Klara Vesperleder, fille de Franz Philipp Joseph, membre du Petit Conseil (Altrat), et de Maria Klara Vogelsang. G. fut lieutenant au régiment Waldner von Freundstein en France et capitaine au régiment Buch en Espagne. Membre du Grand Conseil soleurois (1752), du Petit Conseil (Altrat, 1763), conseiller secret (1764), trésorier (1765). Délégué durant les troubles de Neuchâtel de 1768 et lors du renouvellement de l'alliance avec la France en 1777. Banneret (1769), avoyer (1772). Il s'opposa au parti dominant francophile von Roll dans l'affaire du "conseiller honoraire" (1763-1764) et lutta par principe contre le service mercenaire, ce qui lui valut d'être accusé d'avoir des opinions révolutionnaires. Pour lui, l'unité intérieure de la Confédération l'emportait sur les relations avec la France. G. fut l'exemple type d'un aristocrate éclairé: parmi les premiers membres de la Société helvétique en 1762 (président en 1767), il fut également membre fondateur de la Société économique de Soleure (1761). Président de cette dernière, il réclama l'ouverture d'une discussion sur l'amélioration des écoles de campagne, ce que refusa le Conseil. Cette attitude déboucha sur sa démission et sur une longue suspension des activités de la société. Son engagement aux côtés de Franz Philipp Ignaz Glutz-Blotzheim en vue de la fondation d'un institut national pour la formation resta également sans succès. G. fut un parfait dilettante, ce qu'illustre l'échec de sa fabrique de faïence, créée après 1762. Il fut le premier poète soleurois à écrire en dialecte et passait pour un brillant orateur. En dépit de son esprit réformateur, il défendit souvent dans la pratique les intérêts de son milieu aristocratique. Chevalier de l'ordre de Saint-Michel en 1777.

Sources et bibliographie

  • SolGesch., 3
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF