de fr it

SalomonHirzel

En habit officiel de bourgmestre de Zurich. Probablement posthume, ce portrait, gravé sur cuivre, fut collé dans le livre des familles zurichoises (Stemmatologia Tigurina) d'Erhard Dürsteler, commencé avant 1723 (Zentralbibliothek Zürich, Ms. E 18a, fol. 453r).
En habit officiel de bourgmestre de Zurich. Probablement posthume, ce portrait, gravé sur cuivre, fut collé dans le livre des familles zurichoises (Stemmatologia Tigurina) d'Erhard Dürsteler, commencé avant 1723 (Zentralbibliothek Zürich, Ms. E 18a, fol. 453r).

8.8.1580 à Zurich, 24.6.1652 à Zurich, prot., de Zurich. Fils de Salomon (->). 1) 1595 Elisabeth Keller, fille de Felix, conseiller, 2) 1637 Küngolt Meyer von Knonau, fille de Bernhard, Junker, et veuve de Hans Ulrich Wolf. En 1620, après avoir dirigé l'entreprise héritée de son père (drap, commerce de gros) avec grand succès, H. la remit à ses descendants. Sa carrière politique avait commencé en 1609 par son entrée au Grand Conseil en tant que représentant de la corporation du Safran, dont il fut le prévôt de 1612 à 1637. Vice-bourgmestre (1621), maisonneur (1625), trésorier (1627), bailli impérial (1628) et bailli de Rümlang (1613-1629), H. fut nommé bourgmestre de Zurich en 1637.

H. participa à une vaste entreprise de réorganisation et d'assainissement du système administratif zurichois. En 1617, il était membre de la commission de réforme chargée de contrôler le fonctionnement et les comptes des divers offices. Il prit ensuite part à la réorganisation des écuries (1618-1624) et de la Monnaie (1621-1625). Maisonneur, il fut membre de la commission des constructions qui fixa les salaires et le prix des matériaux, interdit les paiements d'avance et les travaux gratuits pour les membres du Conseil, introduisit des contrôles du travail ainsi qu'une limitation du nombre de constructions en cours. Trésorier, il réussit en huit ans à amortir une multitude de dettes et à constituer une fortune publique considérable. Bourgmestre, il fut le commanditaire de la carte Gyger et, avec Hans Georg Werdmüller, vint à bout des travaux de fortification de la ville. Mais H. se montra également fin diplomate. Sa doctrine de la stricte neutralité fut déterminante pour éviter à Zurich et aux Confédérés d'être entraînés dans la guerre de Trente Ans.

Sources et bibliographie

  • L. Weisz, Aus dem Leben des Bürgermeisters Salomon Hirzel, 1580-1652, 1930
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Lassner, Martin: "Hirzel, Salomon", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 20.02.2018, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/018059/2018-02-20/, consulté le 23.11.2020.