de fr it

Jean-JosephAndenmatten

1.2.1754 à Saas-Balen, 20.9.1829 à Sion, cath., de Saas-Balen et de Sion (1803). Fils de Johann et de Catharina Kalbermatter. 1778 Anna-Maria-Catharina Jost, de Münster (VS). Maçon-entrepreneur-architecte autodidacte, formé dit-il par l'observation des édifices du Haut-Valais et par l'étude de "classiques" de l'architecture. Le Conseil de Sion l'autorise en 1782 à exercer son métier, sur présentation de dessins et de maquettes prouvant ses compétences, et à condition d'accéder au statut d'habitant de la ville. C'est chose faite en 1786, millésime de sa maison familiale. Il prend une part déterminante à la reconstruction de Sion, partiellement détruit par le grand incendie de 1788. Reçu bourgeois en reconnaissance de ses mérites en 1803, il ne quitte pratiquement plus la ville, où il se distingue dans diverses confréries par son attitude conservatrice. La rue de Conthey et le Grand-Pont portent l'empreinte de sa manière archaïsante, essai de synthèse des styles provinciaux Renaissance et baroque qui caractérisent la construction dans le Valais de l'Ancien Régime. Ses projets de reconstruction de la résidence épiscopale de la Majorie (non exécutés) témoignent du même caractère. L'église de la Trinité (ou du Collège ou des jésuites) à Sion (1807-1816), l'église "ronde" de Saas-Balen (1809-1812), celle d'Arbaz (1819-1821, démolie en 1928) sont ses créations les plus originales: plan simple assoupli par d'élégants enchaînements d'éléments courbes, notamment entre nef et chœur; façades sobres articulées par des arcatures aveugles en plein-cintre et des baies superposées, en plein-cintre aussi, petit porche d'entrée; intérieur rythmé par des pilastres d'ordres grecs, motifs rococo en stuc sur frises et voûtes. La cohérence de l'effet et la clarté de ces édifices dépassent la simple habileté du praticien.

Sources et bibliographie

  • Sion: la part du feu, cat. expo. Sion, 1988, 83-123, 125-137
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 1.2.1754 ✝︎ 20.9.1829