de fr it

AdrienPichard

30.6.1790 à Lausanne, 25.7.1841 à Lausanne, protestant, d'Yverdon, Français (1817). Fils de Gabriel. 1822 Julie Mouron, fille de Jean-Pierre, syndic de Chardonne et député au Grand Conseil vaudois. Formation d'ingénieur à Paris, à l'Ecole polytechnique (dès 1807), puis à l'Ecole des ponts et chaussées à Paris. Adrien Pichard travaille en Belgique et en France dès 1811, mais est rappelé en 1817 à Lausanne pour occuper le poste d'ingénieur adjoint au Conseil d'Etat. Il développe et organise une véritable administration des ponts et chaussées et contribue à la législation dans ce domaine. Il est non seulement en charge de l'ensemble des bâtiments de l'Etat, mais aussi responsable de la construction des routes et des ponts, dont le développement est considérable durant la première moitié du XIXe siècle. On lui doit les routes de Nyon aux Rousses par Saint-Cergue (1824-1830), d'Yverdon à Pontarlier par Sainte-Croix (1832-1849), de Lausanne à Oron-la-Ville (1833-1846), des Ormonts entre Aigle et Le Sépey (1834-1839), ou encore de Vevey à Châtel-Saint-Denis (1835-1841). Ses œuvres majeures sont, en architecture, le pénitencier de Béthusy à Lausanne (1819-1826) et, dans le domaine du génie civil, la "ceinture Pichard", précoce route de contournement de Lausanne, sur laquelle venaient se brancher les principales voies de communication: les dénivellations sont surmontées par d'importants ouvrages d'art, tels que le Grand-Pont (1836-1844) à deux niveaux d'arches superposées et le tunnel de la Barre (1850-1859), réalisé après sa mort. Intéressé par la philosophie, Adrien Pichard est l'auteur de deux volumes de réflexions scientifiques et métaphysiques très personnelles sur l'origine des idées: Ebauche d'un essai sur les notions radicales (1834). Ingénieur en chef honoraire des ponts et chaussées de France (1834), président de la Société vaudoise d'utilité publique (1835-1837).

Sources et bibliographie

  • Ph. Gasser, «Adrien Pichard», in: Ingénieurs et architectes suisses, 1988, 20, pp. 307-314.
  • P. Bissegger, «Paratonnerres et paragrêles. Expériences pionnières et mirages scientifiques autour d'Adrien Pichard (1790-1841), premier ingénieur cantonal vaudois», in: Bulletin de la Société vaudoise des sciences naturelles, 2014, 94/2, pp. 131-154.
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF