de fr it

deRötteln

deRothelin

Famille noble du sud de l'Allemagne, ainsi nommée d'après la localité de R. dans la vallée de la Wiese badoise. La seigneurie de R. comprenait des alleux et des fiefs tenus de l'évêque de Bâle, des comtes de Habsbourg, des abbayes de Murbach, Saint-Blaise (Forêt-Noire) et Saint-Gall dans la vallée de la Wiese, ainsi que des biens disséminés en Alsace, en Argovie et dans la région bâloise. Jusqu'au milieu du XIIIe s., la généalogie de la famille n'est pas établie de manière continue. Les R. sont attestés pour la première fois après 1100 avec Dietrich Ier, avoué du prieuré bâlois de Saint-Alban pour les biens situés sur la rive droite du Rhin. Dès la première moitié du XIIIe s., les R. furent en possession du château fort de Rotenberg, qui donna son nom à une branche des R., issue de Dietrich IV et éteinte en 1280 déjà. Des liens de parenté existaient avec les barons de Tegerfelden et de Gösgen, les comtes de Neuchâtel et des lignées de haute noblesse du sud de l'Allemagne. Au XIIe s., les R. sont souvent cités dans l'entourage des ducs de Zähringen. Au XIIIe s., ils s'allièrent d'abord avec la ville et l'évêque de Bâle contre les comtes de Habsbourg et prirent part aux luttes opposant les sociétés bâloises de chevaliers, aux côtés des Perroquets. Rodolphe de Habsbourg ayant été élu roi des Romains en 1273, Othon (cité de 1257 à 1304) se désintéressa de Bâle; il se mit au service des Habsbourg d'Autriche et devint burgrave et bailli de Rheinfelden et bailli impérial de Bâle. Plusieurs membres de la famille se distinguèrent dans des carrières ecclésiastiques, notamment les frères de Dietrich IV, Lüthold (->) et Walter (->), ainsi que Lüthold (->), dernier représentant mâle de la lignée, qui mourut en 1316. L'héritage des R. passa par mariage aux Hachberg-Sausenberg.

Sources et bibliographie

  • O.K. Roller, Die Geschichte der Edelherren von Rötteln, 1927
  • GHS, 2, 71-92 (avec généal.)