de fr it

deFont

Les origines de la famille de F. ne sont pas établies. Ses premiers représentants connus sont les frères Alamann et Hugues, qui firent des dons aux abbayes de Montheron et d'Hauterive (FR) en 1142. On ignore aussi comment le château de F., que Rodolphe III, roi de Bourgogne, avait offert à sa fiancée Ermengarde en 1011, passa aux mains de la famille. Lorsque Pierre II de Savoie soumit une bonne partie du Pays de Vaud, les seigneurs de F. entrèrent à son service. Les frères Conon IV, Borcard Ier et Aymon l'accompagnèrent en Flandres en 1264 et reçurent sept livres pour cela. L'année suivante, les frères se brouillèrent. Les seigneurs d'Estavayer, leurs voisins, occupèrent alors le château et promirent à Pierre II de ne le libérer qu'après réconciliation des parties. Au début du XIVe s., apparut la branche collatérale des seigneurs de F.-La Molière; elle tirait son nom du château de La Molière, dont l'imposant donjon existe encore. Surendetté, le chevalier Boniface, qui s'était distingué à la bataille de Novare, dut vendre à Fribourg, en 1520, la seigneurie de F. pour 17 147 livres. La branche aînée s'éteignit dans les mâles dans la première moitié du XVe s. La branche cadette subsista jusqu'au milieu du XVIe s.; ses derniers représentants furent Nicolas IV, Claude et leur sœur Claudine de La Molière. Nicolas IV, seigneur de Cheyres, mourut sans enfant en 1560. Claude, curé d'Assens, vivait encore en 1562. Claudine, (avant 1604), hérita de son frère la seigneurie de Cheyres, qu'elle apporta en dot à Henri de Praroman, de Lausanne.

Sources et bibliographie

  • GHS, 2, 174-208 (avec généal.)
  • G. Castelnuovo, Seigneurs et lignages dans le Pays de Vaud, 1994 (ital. 1990)