de fr it

deSaint-Martin

Famille de la moyenne noblesse vaudoise détentrice de la seigneurie de Saint-Martin-du-Chêne. Un château (comm. Molondin) y est attesté dès le milieu du XIIe s. Certains membres de la famille sont cités dans la documentation produite par les abbayes cisterciennes de Hautcrêt et Hauterive. L'influence politique de la famille semble stagner au XIIIe s. Elle connut à plusieurs reprises des difficultés économiques, dues peut-être à des ramifications successives. En effet, à la mort de Pierre, vers 1226-1233, elle se ramifia une première fois: l'aîné, Richard II, reprit la seigneurie éponyme, alors que le cadet, Guillaume, reçut le château de Bioley. Une nouvelle division se produisit à la génération suivante lorsque Ulrich, deuxième fils de Richard II, apparaît en 1255 comme détenteur du château de Castellion à Cronay, alors que son frère, Richard III, est seigneur du château de S. La famille entra très tôt dans la mouvance de Pierre II de Savoie, mais aucun de ses membres n'est attesté dans l'administration savoyarde. Deux cadets de la famille furent chanoines de la cathédrale de Lausanne: Pierre, frère de Richard II, de 1226 à 1248, et Richard IV, fils de Richard III, de 1293 à 1314. Les divisions patrimoniales se poursuivirent durant le XIVe s. et la seigneurie de Saint-Martin-du-Chêne fut alors tenue en coseigneurie. La famille s'éteignit dans sa ligne masculine au début du XVe s.

Sources et bibliographie

  • O. Chambaz, «Les seigneurs de Saint-Martin-du-Chêne», in RHV, 18, 1910, 232-238
  • D.-L. Galbreath, «Les armoiries des sires de Saint-Martin-du-Chêne», in AHér.S, 35, 1921, 83-86
  • G. Castelnuovo, Seigneurs et lignages dans le Pays de Vaud, 1994, 98-100 (ital. 1990)
  • B. Andenmatten, La maison de Savoie et la noblesse vaudoise (XIIIe-XIVe s.), 2005

Suggestion de citation

Andenmatten, Bernard: "Saint-Martin, de", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 08.02.2011. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/019584/2011-02-08/, consulté le 01.10.2020.