de fr it

deVillaz-Saint-Pierre

Famille noble originaire du lieu homonyme situé près de Romont (FR). En 1138, Boamond de Villa est témoin d'une donation à l'abbaye cistercienne nouvellement fondée Hauterive. La famille comptera dès lors parmi les grands bienfaiteurs de l'abbaye. En 1177, Boamond, Raymond et Vuillelme offrirent à l'abbaye du bois de leur forêt de Romont pour sa grange de Lussy. Hugo et Otto firent d'autres donations que Raymond, fils de Hugo, ne reconnut toutefois pas. Ce n'est qu'en 1216 que Raymond, sa femme Marguerite et son fils Hugo y consentirent. Plusieurs fils des chevaliers de V. furent moines à Hauterive. Les noms de Bovo, Julien, Nantelme et Enguicius sont attestés au XIIe s. En 1207, Amédée, curé de Promasens, donna ses biens en gage à l'abbaye pour quinze ans, dans l'intention de faire des études. En 1217, il fut chanoine de Lausanne. Vuillelme fut prieur de Villars-les-Moines de 1309 à 1326/1327. En février 1268/1269, Juliette obtint de l'évêque Jean de Cossonay l'autorisation de fonder le couvent bénédictin de la Fille-Dieu, au pied de la colline de Romont. Vuillelme loua la maison qu'elle avait fait construire à Romont. Perreta, nièce de Vuillelme, succéda à Juliette comme prieure de la Fille-Dieu (1310-1334/1335). Après la fondation de la ville de Romont, les chevaliers de V. en acquirent le droit de bourgeoisie. La famille s'éteignit en lignée masculine au XVe s.

Sources et bibliographie

  • E. Tremp, éd., Liber donationum Altaeripae, 1984