de fr it

d'Anniviers

Famille de ministériaux des évêques de Sion, originaire du val d'A., attestée dès la fin du XIIe s., éteinte vers 1362. Son histoire est étroitement liée au vidomnat et à la majorie d'A., ses fiefs épiscopaux. Elle posséda les châteaux de Beauregard (Chandolin) et de Vissoie, participa en 1331 à la fondation de la chartreuse de Géronde (commune de Sierre) et donna plusieurs chanoines au chapitre cathédral de Sion, dont les chantres Jean et Guillaume, curés d'A. dans le second quart du XIVe s. Alliée aux Challant, Châtillon, Granges, Rarogne, Venthône et Weingarten (de Vineis), elle compta dans la première moitié du XIVe s. parmi les familles dominantes du Valais. Guillaume, fils de Louis, époux d'Agnès de Granges, fut vidomne de 1235 à 1255. Son fils Jacques (1285/1288), mari de Guigone de Châtillon, mentionné en 1260 comme donzel et en 1284 comme chevalier, jouit du vidomnat de 1269 à sa mort. Il acquit la majorie en 1278 et testa en 1284 (avant d'entreprendre le pèlerinage de Jérusalem?). Son fils, le donzel Jean (1285-1362), épousa Béatrice de la Tour, fut vidomne de 1305 à 1362 (après que sa mère l'eut représenté de 1293 à 1305) et major (charge réunie au vidomnat en 1311). Il obtint au prix d'un procès qui dura de 1320 à 1326 l'office notarial pour le val d'A. Jacques, fils de Jean, mourut en 1344 déjà. Béatrice, fille de Jacques, épousa en 1362 Jacques de Challant et lui apporta les droits seigneuriaux des d'A., qui passèrent aux Rarogne en 1381.

Sources et bibliographie

  • Armorial valaisan, 1946, 11
  • G. Sauthier, «Etude sur le vidomnat d'Anniviers du XIIe au XVe siècle», in Ann. val., 1954, 153-168