de fr it

vonBalm

Famille de barons tirant son nom du château rupestre de B., dans le Jura soleurois, où elle habitait au XIIe s. On suppose que vers le milieu du XIIe s., les von B. prirent la succession, soit par héritage soit par achat, des barons éteints d'Altbüron, lieu où ils transférèrent leur siège. Ils acquirent ainsi, outre de nombreuses terres dans les vallées du Rot et de la Wigger, la seigneurie d'Altishofen et la basse juridiction d'Altbüron. Cités comme vassaux de Hartmann l'Ancien de Kibourg en 1218 et des Habsbourg dès le milieu du XIIIe s., ils étaient apparentés aux barons de Langenstein, de Kempten, de Tengen, de Grünenberg et peut-être aussi à ceux de Wädenswil, d'Asuel et aux chevaliers de Hünenberg. Donateurs du couvent de Saint-Urbain à l'époque de sa création, cofondateurs en 1274/1275 de celui d'Ebersecken, où ils se firent enterrer, ils apparaissent vers 1200 avec Burkhard et Heinrich Ier. La génération suivante, au milieu du XIIIe s., est mieux connue: Heinrich II, Rudolf Ier et Ulrich doivent être les fils de Heinrich Ier. Rudolf II, peut-être fils de Rudolf Ier, réunifia la seigneurie. Il participa en 1308 à l'assassinat du roi Albert Ier, ce qui lui valut, une année plus tard, la mise au ban de l'Empire et la confiscation de tous ses biens. Il réussit à échapper à la vendetta et aurait vécu jusqu'en 1312 dans un couvent bâlois. Il est le dernier représentant connu de la famille.

Sources et bibliographie

  • UB SO, 1 (avec généal.)
  • H. Sigrist, «Die Grottenburg Balm und ihre einstigen Herren», in Jurablätter, 17, 1955, 166-170
  • K.H. Flatt, «Die Herren von Balm», in Jurablätter, 33, 1971, 53-61
  • A. Bickel, Willisau, 2 vol., 1982