de fr it

vonBüttikon

Famille de ministériaux argoviens, attestée du XIIe au XVIe s. Elle n'apparaît qu'après l'extinction des comtes de Lenzbourg (1173), sous lesquels elle doit cependant avoir bénéficié d'une excellente position: Johannes de Botinchouen figure en tête des ministériaux témoins d'un acte de l'empereur Frédéric Barberousse en faveur du chapitre de Beromünster (1173). La nature du rapport originel entre la famille et la localité de B. est inconnue. Résidant dès le XIIIe s. au château fort de Wikon près de Zofingue, elle possédait des terres en de nombreux endroits, en premier lieu à B., Seengen, Hallwil et Rued, mais aussi à Kölliken, Dagmersellen et Brittnau. Il s'y ajouta au XIVe s. le patronat d'Oberwil bei Büren et en 1345 le château fort de Schenkon. Une branche de la famille était établie à Ufhusen et divers membres vécurent à Zofingue, Lucerne, Berne et Bâle. Au XIVe s., plusieurs B. furent au service des Habsbourg: Ulrich (1310), maître d'hôtel ducal, son fils Johannes, bailli de Rothenburg (dès 1346), conseiller ducal (1354), bailli autrichien en Argovie et Thurgovie (1357), ainsi qu'en Forêt-Noire (1361). Hartmann et Ulrich tombèrent à la bataille de Sempach, du côté autrichien (1386). Rudolf, qui reçut en fief du comte Rodolphe IV de Neuchâtel le domaine de Wikon en 1373, y capitula devant les Bernois en 1415. Bien des membres de la famille firent des carrières ecclésiastiques, entre autres Werner, commandeur de Thunstetten (1280), Ulrich, abbé de Saint-Urbain, couvent soutenu par la famille (1304-1308), Rudolf, commandeur de Hohenrain (1340) et Biberstein (1344), Markwart, commandeur de Herzogenbuchsee (1382) et Reiden (1391), Johannes (Ier) et Johannes (II), tous deux prévôts de Zofingue (1323-1360 et 1382-1387) et de Schönenwerd (1336-1360 et 1363-1387), Agnes, abbesse de Frauenthal (1373-1382), Adelheid, abbesse d'Ebersecken (1384). La famille institua des messes anniversaires à Soleure et Interlaken. Une fresque reproduisant ses armoiries se trouve à l'église de la ville à Bienne. La position sociale des Büttikon ressort de leurs alliances avec des familles dirigeantes argoviennes, bernoises et bâloises. Thüring, officier bernois durant les guerres de Bourgogne, vendit Wikon à Lucerne en 1476 et son fils Georg la moitié de la seigneurie de Brittnau à Berne en 1516. Le second fils de Thüring, Jakob, fut tué à la Bicoque (près de Milan) en 1522. La famille s'éteignit avec le fils mineur de Georg en 1558.

Sources et bibliographie

  • GHS, 3, 360-401, 418 (avec généal. et sceaux)
  • HS, II/2, 1977; III/3, 1982
  • C. Hesse, St. Mauritius in Zofingen, 1992