de fr it

deKempten

Famille de barons attestée aux XIIIe-XIVe s., issue vraisemblablement des seigneurs von Altbüron mentionnés au XIIe s., et indirectement par ceux-ci, des seigneurs de Weisslingen, attestés pour la dernière fois en 1180. Ces derniers étaient étroitement liés aux seigneurs de Wetzikon et de Matzingen, avec lesquels ils partageaient les mêmes armoiries. A côté d'un patrimoine foncier relativement restreint, situé dans la région de K. dans l'Oberland zurichois et provenant apparemment d'une partie des biens hérités des sires d'Alt-Rapperswil (partagés après 1192), la famille disposait également de nombreuses possessions et droits dans le Haut-Toggenbourg, dans la vallée de la Glatt, autour de Lenzbourg, à Dagmersellen et dans le Seeland bernois. Gerung, attesté entre 1223 et 1238, semble avoir été le premier à porter le nom de K. Heinrich, probablement l'un de ses fils, vendit en 1261 un bien situé à Nesslau à l'abbaye de Sankt Johann dans la vallée de la Thur, avec laquelle les seigneurs de Weisslingen avaient déjà entretenu d'étroites relations. Il fit manifestement et explicitement confirmer cet acte par l'évêque de Constance et le comte de Kibourg. A la mort de Heinrich (après 1271), ses fils Gerung et Rudolf n'étaient vraisemblablement pas majeurs. Jusqu'en 1286, leurs actes furent rédigés en présence de Judenta, sœur de leur père et veuve de Rudolf von Balm. Mentionné dès 1294 comme chanoine du couvent de Rüti, Rudolf remit à cet établissement, en 1290, plusieurs biens situés aux environs de K. que la famille tenait en fief de l'abbé. Cette cession entraîna un conflit de plusieurs années avec son frère. A la fin du XIIIe s., les membres de la famille cédèrent progressivement à la pression des Habsbourg, se mettant à leur service ou embrassant une carrière ecclésiastique. Heinrich, dernier représentant, mourut en 1392. Le château de K. passa à son gendre, Gaudenz von Hofstetten.

Sources et bibliographie

  • Sablonier, Adel, 32-38, 97, 198, 204
  • E. Eugster, «Die Anfänge des Klosters St. Johann», in Das Kloster St. Johann im Thurtal, éd. W. Vogler, 1985, 33-42
  • E. Eugster, Adlige Territorialpolitik in der Ostschweiz, 1991, 251-260
  • J. Streuli, «Die Freiherren von Wetzikon und Kempten», in ZTb 1991, 1990, 43-73