de fr it

vonRosenegg

Famille de barons attestée du XIIIe au XVe s. Ses possessions se situaient principalement dans le Hegau, où elle détenait en fief de l'abbaye de Reichenau le château de R. (auj. comm. Rielasingen-Worblingen, Bade), ainsi que le long du Rhin dans les actuels cantons de Schaffhouse, Thurgovie, Zurich, et dès le XIVe s. en Argovie. Les R. et les barons de Klingen apparaissant souvent dans les sources lors de circonstances identiques et les possessions des Klingen étant elles aussi pour la plupart dispersées le long du Rhin, on peut supposer l'existence d'un lien précoce entre les deux familles. Le premier R. attesté est Heinrich (1248-1262), qui participa en 1252 à la fondation de l'abbaye de Feldbach. Les frères Werner (1312-av. 1344) et Heinrich (1312-av. 1335) se partagèrent les biens familiaux; la part de Heinrich passa par sa fille aux seigneurs de Lupfen qui héritèrent en 1480 du reste des possessions des R. La famille atteignit son apogée dans la seconde moitié du XIVe s. avec Johann (mentionné de 1346 à 1389) qui fut juge, au nom de l'Autriche, aux tribunaux suprêmes de Constance (1362) et de Thurgovie (1372-1376). Son mariage avec une Tengen amena la seigneurie de Wartenfels, près d'Olten, dans le giron familial. Deux de ses fils présumés furent abbés, Werner à Reichenau (1385-1402) et Hugo, mentionné de 1398 à 1418, à Einsiedeln (1402-1418). Heinrich (1392-1443), capitaine de la Ligue des chevaliers de Saint-Georges, et Hans (mentionné de 1409 à 1419) s'établirent à Wartenfels, sans doute en raison d'événements politiques, comme les guerres d'Appenzell (1401-1429). Des raisons économiques forcèrent les R. à se séparer de parts toujours plus importantes de leur patrimoine (XVe s.). Ainsi en 1458, ils vendirent Wartenfels aux Bubenberg, avec lesquels ils étaient alliés. La famille s'éteignit en 1480 avec Hans, fils de Hans, qui s'était retiré à Stein am Rhein.

Sources et bibliographie

  • G. Streit, «Adelsgeschlechter in Rielasingen», in Hegau, 38, 1981, 39-64
  • G. Streit, «Zur Geschichte von Schloss Wartenfels und der Beziehungen Lostorfs zum Hegau», in Oltner Neujahrsblätter, 59, 2001, 29-31
  • M. Losse, «Rosenegg, das verschwundene Bischofsschloss», in Hegau, 60, 2003, 181-198